Etude de cas des orages

Le 12 novembre 2017 en début d’après-midi, dans une situation de traîne active, un orage monocellulaire engendrait des dégâts dans les régions de Le Roeulx et de Saint-Vaast en province de Hainaut. Sur son passage, cet orage a produit une tornade. Après les investigations menées par notre équipe, nous avons conclu à la survenue d’une tornade d’intensité F1 sur l’échelle de Fujita et T3 sur l’échelle de Torro. Cette tornade a parcouru une distance assez remarquable d’au moins 20,5km.

Durant les mois de mai et juin 2016, plusieurs épisodes orageux de masse d’air chaud se sont déroulés en Belgique. La caractéristique principale de ces derniers était souvent un déplacement lent qui se voyait couplé selon les cas à une régénération rétrograde des cumulonimbus. Ce phénomène fit en sorte que des régions essuyèrent de très importantes quantités de précipitations. Les inondations qui en ont résulté furent parfois si conséquentes que notre collectif a décidé de dédier un dossier à ce phénomène qui n’avait pas été abordé jusqu’ici étant donné que celui-ci est considéré comme « classique » sous orage et souvent lié à l’urbanisation.

Durant le weekend de Pentecôte 2014 s’étalant 07 au 09 juin, une situation atmosphérique propice à la mise en place d’orages importants a régné tout au long de la période. Si l’instabilité a atteint des valeurs impressionnantes, la dynamique qui l’accompagnait était tout aussi marquée. Le cocktail qui en a résulté déboucha d’ailleurs vers un nombre significatif d’orages supercellulaires dont certains produisirent des chutes de grêles conséquentes. Parmi les quelques épisodes supercellulaires, on note également la mise en place de systèmes multicellulaires costauds dont l’un d’entre-eux né en Belgique déboucha vers un MCV en Allemagne.

Au cours de la soirée du 25 janvier 2014, un puissant système convectif de type ‘Derecho’ traverse l’Angleterre, l’ouest de la Belgique et le Nord-Pas-De-Calais. Sur son passage, ce système engendre de nombreuses rafales descendantes virulentes ainsi que plusieurs tornades dont deux en Belgique, trois en France et deux au Royaume-Uni, ce qui fait de cet épisode l’un des plus violents de ces dernières années sur l’Europe de l’Ouest. En outre, l’épisode tornadique qui a accompagné le système mérite le nom de ‘tornado outbreak’.

Vers la fin de la nuit du mardi 05 février 2013, une vigoureuse ligne de grain a transité sur le territoire belge en prenant un axe nord-ouest – sud-est. Cette dernière fut particulièrement active sur les provinces de Flandres Occidentales et Orientales notamment au niveau du vent et dans une moindre mesure, de l’électricité.

A Meulebeke, des rafales descendantes assez importantes ont provoqués de nombreux dégâts tels que des serres détériorées, des tuiles et toitures envolées, des fils électriques arrachés etc. A Oosterzele, une buvette de stade de football a sérieusement été détruite notamment par une très probable tornade et une trentaine d’habitation ont souffert du même phénomène tourbillonnaire.