Etude de cas des orages

Le 12 novembre 2017 en début d’après-midi, dans une situation de traîne active, un orage monocellulaire engendrait des dégâts dans les régions de Le Roeulx et de Saint-Vaast en province de Hainaut. Sur son passage, cet orage a produit une tornade. Après les investigations menées par notre équipe, nous avons conclu à la survenue d’une tornade d’intensité F1 sur l’échelle de Fujita et T3 sur l’échelle de Torro. Cette tornade a parcouru une distance assez remarquable d’au moins 20,5km.

Durant les mois de mai et juin 2016, plusieurs épisodes orageux de masse d’air chaud se sont déroulés en Belgique. La caractéristique principale de ces derniers était souvent un déplacement lent qui se voyait couplé selon les cas à une régénération rétrograde des cumulonimbus. Ce phénomène fit en sorte que des régions essuyèrent de très importantes quantités de précipitations. Les inondations qui en ont résulté furent parfois si conséquentes que notre collectif a décidé de dédier un dossier à ce phénomène qui n’avait pas été abordé jusqu’ici étant donné que celui-ci est considéré comme « classique » sous orage et souvent lié à l’urbanisation.

Durant le weekend de Pentecôte 2014 s’étalant 07 au 09 juin, une situation atmosphérique propice à la mise en place d’orages importants a régné tout au long de la période. Si l’instabilité a atteint des valeurs impressionnantes, la dynamique qui l’accompagnait était tout aussi marquée. Le cocktail qui en a résulté déboucha d’ailleurs vers un nombre significatif d’orages supercellulaires dont certains produisirent des chutes de grêles conséquentes. Parmi les quelques épisodes supercellulaires, on note également la mise en place de systèmes multicellulaires costauds dont l’un d’entre-eux né en Belgique déboucha vers un MCV en Allemagne.

Au cours de la soirée du 25 janvier 2014, un puissant système convectif de type ‘Derecho’ traverse l’Angleterre, l’ouest de la Belgique et le Nord-Pas-De-Calais. Sur son passage, ce système engendre de nombreuses rafales descendantes virulentes ainsi que plusieurs tornades dont deux en Belgique, trois en France et deux au Royaume-Uni, ce qui fait de cet épisode l’un des plus violents de ces dernières années sur l’Europe de l’Ouest. En outre, l’épisode tornadique qui a accompagné le système mérite le nom de ‘tornado outbreak’.

Vers la fin de la nuit du mardi 05 février 2013, une vigoureuse ligne de grain a transité sur le territoire belge en prenant un axe nord-ouest – sud-est. Cette dernière fut particulièrement active sur les provinces de Flandres Occidentales et Orientales notamment au niveau du vent et dans une moindre mesure, de l’électricité.

A Meulebeke, des rafales descendantes assez importantes ont provoqués de nombreux dégâts tels que des serres détériorées, des tuiles et toitures envolées, des fils électriques arrachés etc. A Oosterzele, une buvette de stade de football a sérieusement été détruite notamment par une très probable tornade et une trentaine d’habitation ont souffert du même phénomène tourbillonnaire.

Durant la matinée du lundi 18 juin 2012 un système convectif de méso-échelle ayant développé un écho en arc provoqua un réveil pour le moins agitée pour pas mal de régions du centre du pays suite à son passage. Celui-ci s’étant formé au large de la frontière franco-belge a abordé la Belgique à l’aube pour évacuer le territoire en milieu de matinée. Les points les plus marquants de l’offensive furent les fortes pluies, de fortes rafales de vent, l’importante activité électrique engendrée et la vitesse de déplacement du système (le transit de la Belgique se fit en 2 heures seulement).

Durant la soirée du 07 juin 2012, un orage supercellulaire s’est développé dans le sud de la province de Limbourg pour ensuite remonter vers les régions du nord-est en transitant par les environs de Tongres. La supercellule a pu bénéficier d’un contexte suffisamment dynamique pour pouvoir engendrer une tornade ainsi que quelques rafales descendantes dans ces régions. Si les dégâts furent limités au niveau de la tornade, il en est tout autrement au niveau de certaines rafales descendantes.

Durant la soirée du 10 septembre 2011, un orage supercellulaire s’est formé non loin de la frontière franco-belge au niveau des Flandres pour ensuite évoluer en transitant par les provinces de la Flandre Occidentale et de la Flandre Orientale. Les phénomènes engendrés furent partagés entre fortes pluies, rafales de vents marquées et chutes de grêle au diamètre significatif selon les régions parcourues. Après le passage de cet orage, d’autres naquirent dans le sillage du premier.

Durant la nuit du 22 au 23 août 2011, plusieurs offensives orageuses ont touché une bonne moitié nord-ouest de la Belgique, en empruntant un large couloir à partir de la province de Hainaut jusqu’à celle de Limbourg. De fortes précipitations ainsi qu’une activité électrique intense furent observées. Durant la matinée du 23 août, un autre système apporta de graves inondations dans la région bruxelloise.

Durant la journée du 18 août 2011, des orages parfois sévères ont sévi dans beaucoup de régions du centre du pays. Les provinces du Hainaut, des Brabants Wallon et Flamand et du Limbourg furent les plus touchées par des pluies diluviennes mais aussi localement par des rafales descendantes. Ces dernières causèrent des dégâts significatifs dans la région de Hasselt.

Durant la journée du 28 juin 2011, des orages parfois violents ont sévi dans beaucoup de régions. La botte du Hainaut ainsi que l’est du Brabant Wallon furent davantage touché par des pluies diluviennes. La veille au soir, le nord-ouest du pays a observé un orage particulièrement électrique avec l’apparition de coups de foudre toutes les 15 secondes.

Durant la journée du 14 juillet 2010, de violents orages ont abordé la Belgique par la frontière franco-belge. Ceux-ci furent surtout notables au niveau du vent qu’ils ont engendrés sous forme de rafales descendantes. En effet, certaines régions comme Ciney ont été en grande partie endommagées.

Durant la soirée du 07 octobre 2009, une offensive orageuse touchait une bonne partie du centre de la Belgique en apportant de fortes précipitation et une activité électrique extrême. La région bruxelloise fut d’ailleurs particulièrement touchée par ces orages. Le soir venu, la région des Ardennes essuya un écho en arc provoquant des dégâts dans la région de Libramont.

Durant la nuit du 25 au 26 mai 2009, une offensive orageuse de grande ampleur touchait une bonne moitié ouest de la Belgique, apportant par endroits des dégâts aux habitations et à la végétation, et ce, principalement dans le Hainaut et en Flandre Occidentale.

Le 20 décembre 1991 en début d’après-midi, une tornade hivernale de forte intensité endommage près d’une centaine de maisons et bâtiments dans les régions de Walhain et de Perwez, en province du Brabant Wallon, mais également dans la région d’Eghezée, en province de Namur. Outre les dégâts matériels, cinq blessés sont à déplorer, dont un grièvement. Les recherches menées par notre équipe ont permis de classer cette tornade au niveau F2 sur l’échelle de Fujita. Le tourbillon aurait parcouru une distance minimale de 15 km.

</