03-04/07/1952 – Orages violents

Dans la nuit du 3 au 4 juillet, des orages intenses éclatent sur tout le pays et ils ont une longue “histoire” préorageuse.

Le 1er juillet, le temps est particulièrement chaud avec des températures voisines de 34°C presque partout en Basse et Moyenne Belgique. Seul le littoral connaît un temps plus frais (23 à 24°C) en raison d’une brise de mer très développée ce qui, en soi, est déjà un signe d’instabilité. Le ciel est serein ou presque. Les uniques formations nuageuses sont des altocumulus de type floccus ou castellanus, autre signe d’instabilité et donc précurseur d’orage au vu des températures.

La nuit qui suit est l’une des plus chaudes que la Belgique n’ait jamais connue. À 4 heures du matin, on observe 25°C à Uccle, Brustem et Forennes, et même 26°C à Zaventem, sous un ciel nuageux où les altocumulus castellanus sont devenus nettement plus nombreux. On s’imagine bien la lourdeur du temps au cours de cette nuit-là.

En altitude, les températures sont plus incroyables encore, avec 26°C à 1 000 mètres d’altitude et encore 21°C à 1 560 mètres (niveau 850 hPa). À 5 850 mètres d’altitude par contre (niveau 500 hPa), il ne fait que –15°C, ce qui est signe d’une instabilité très forte (décroissance de 0,8°C par 100 mètres entre 3 000 et 5 000 mètres). Pourtant rien ne se passe. À sept heures, il fait toujours 23 à 24°C tandis qu’un cumulonimbus a réussi à se former en région bruxelloise mais sans donner la moindre précipitation.

Pendant la journée du 2, la température augmente encore en altitude avec une poussée jusqu’à 22°C à 1 800 mètres d’altitude. En-dessous cependant, l’air tend à se refroidir avec seulement 13°C à 1 560 mètres (niveau 850 hPa). Il s’ensuit que l’instabilité est reportée dans les basses couches puisque les températures remontent jusqu’à des valeurs entre 31 et 34°C en Basse et Moyenne Belgique. De ce fait, le vent de sud-ouest devient turbulent mais la convection est arrêtée net par une inversion “couvercle” au-dessus de laquelle l’air redevient instable avec vents également forts. On s’attend au pire, mais il ne se passe rien…

Les stratocumulus formés au niveau de l’inversion se dispersent, le temps redevient beau quoique voilé, avec des cirrus et encore des bancs d’altocumulus floccus et lenticularis. Le soir, le vent tourne au nord-ouest en diminuant tandis que l’inversion disparaît en grande partie, il ne reste plus qu’un faible couvercle vers 700 mètres d’altitude et tout dégénère avec le passage d’une première vague d’orages violents en deuxième partie de nuit.

Le 3, on aurait pu croire que tout est terminé. Sous un petit vent de nord à nord-est, il fait brumeux et frais en bien des endroits de Basse et Moyenne Belgique, avec stratus et stratocumulus n’évoluant que partiellement en cumulus aplatis en-dessous d’une épaisse couche de stabilté. Mais la chaleur n’est pas loin. À Virton, il fait encore 33°C sous un ciel par moment tout à fait serein. Et cet air chaud regagne du terrain en altitude, sous un puissant courant de sud-sud-ouest. En réaction, le vent au sol se renforce aussi mais continue à souffler en sens opposé. Un cisaillement extrême qui va provoquer des orages d’une violence inouïe la nuit suivante.

En beaucoup de lieux, le tonnerre gronde des heures et des heures, comme par exemple à Brustem (province du Limbourg) et à Saint-Hubert mais, à Spa, les orages sont très violents aussi. Aucune région, à vrai dire, n’est épargnée. À Oorderen (province d’Anvers), on récolte 83 mm au pluviomètre, tandis que des grêlons d’un diamètre de 8 cm s’abattent ici et là. À Uccle, les rafales descendante de l’orage atteignent une vitesse de 84 km/h. Là, rien que durant la nuit, il tombe 44 mm d’eau. Non loin de là, à Zaventem, l’orage laisse même 56 mm de précipitations.

Cette deuxième vague orageuse, pas plus que la première, ne met absolument pas fin à la canicule. Même si les stratocumulus s’accrochent un peu en ce 4 juillet, donnant des températures un peu fraîches sur une partie du pays, la chaleur nous revient dès le lendemain et devient extraordinairement forte avec de nombreux records battus. 35°C à Uccle, 36°C à Zaventem et même 37°C à Rochefort ! Et à nouveau, des orages éclatent avec fortes rafales et grêlons jusqu’à 8 cm de diamètre ! Cela est suivi par de nouvelles chaleurs et d’autres orages encore…