03/02/1990 – Tempête

Troisième tempête, qui suit cette fois un autre trajet, elle s’engouffre en effet dans la Manche, alors que les précédentes venaient du nord du Royaume-Uni. Elle est liée à une petite dépression, ce que les Flamands et les Néerlandais nomment “Kanaalrat” (rat de la Manche). Comme cette dépression passe ensuite très près de la côte belge, il n’est pas étonnant que le vent le plus fort ait frappé, cette fois-ci, le sud du pays avec des rafales de 131 km/h à Saint-Hubert et 122 km/h à Bierset. À Zaventem, on notait 106 km/h et à Coxyde, 100 km/h tout juste. Les plus fortes rafales se sont produites au passage du front froid, au moment où le vent s’oriente au nord-ouest.

La perturbation a présenté un large secteur chaud, si bien que les températures sont montée jusqu’à 13-14°C en de nombreux endroits.