14/07/2010 – Orages très violents

Ce 14 juillet, des orages très violents frappent le centre et l’est de la Belgique. D’importants dégâts, provoqués essentiellement par de très violentes rafales de vent, sont observés dans de nombreux endroits du pays. La région de Ciney a connu le passage d’une violente rafale descendante, on n’y compte plus les arbres arrachés et les toitures endommagées.

Revenons sur l’évolution du temps en cette journée incroyablement orageuse. Le matin, le ciel était encore serein, puis les premiers cumulus se forment vers 11 heures. À 13 heures, les cumulus sont encore au stade humilis tandis qu’apparaissent, principalement à l’ouest, de nombreux bancs d’altocumulus et de stratocumulus à base assez élevée (stratocumulus à la limite de l’altocumulus). Le vent souffle de sud et il fait déjà chaud, entre 27 et 29°C le plus souvent. À 1 500 mètres d’altitude, la température n’est que de 12°C, ce qui créé une forte instabilité dans les basses couches. Mais au-dessus, une inversion forme un véritable couvercle qui tiendra jusqu’à 16 heures environ (centre du pays). À ce moment, les maxima sont atteints, avec 28,6°C à Uccle, 31,1°C à Beauvechain, 31,9°C à Bierset et 33,3°C à Kleine Brogel. Ensuite, tout dégénèrera.

Robert VilmosCrédit photo : Robert Vilmos

L’écoulement de l’air, qui était presque laminaire (vent de sud faible dans les basses couches et se renforçant avec l’altitude), cesse soudain de l’être. En début d’après-midi, à l’approche du MCS, le vent dans les basses couches tourne au sud-est, à l’est voire au nord-est selon les régions, créant des cisaillements très importants. Les cumulonimbus nous arrivent du sud-sud-ouest, tandis que les cumulus fractus de mauvais temps se mettent à se déplacer très vite dans le sens opposé, littéralement “aspirés” par les cumulonimbus.

Puis arrive le front de rafales, d’une autre direction encore (ouest), et tout devient apocalyptique ! À Bierset, le vent monte jusqu’à 122 km/h, à Florennes jusqu’à 130 km/h et à Elsenborn, jusqu’à 137 km/h. Et on ne compte plus les dégâts, tant dus au vent, à la grêle, qu’à l’eau.

WikipediaCrédit photo : Wikipedia

Mais la ville la plus touchée est sans conteste Ciney, en province de Namur. Quelques 150 toitures ont été arrachées, le centre culturel ainsi que la collégiale ont été fortement endommagés. Notamment, le clocher du toit a subi de plein fouet les vents violents et s’est effondré sur le cœur de l’édifice.

Outre Ciney, d’autres localités ont été fortement touchées, notamment Achêne, Winnene, Felenne (province de Namur), Neuville-sous-Huy, Tihange (province de Liège), Wavre, Jodoigne (province du Brabant Wallon), Villers-Saint-Ghislain, Binche et Charleroi (province de Hainaut).
Crédit photo : François Riguelle

De plus, 5000 foyers ont été privés d’électricité. L’enquête menée sur le terrain révèle des “couloirs” à l’intérieur des zones touchées par les rafales descendantes, où les dégâts s’avéraient beaucoup plus importants.

Des études américaines ont pu mettre en évidence l’existence de ce type de “couloirs” qu’ils nomment “burst swaths”. À Ciney en tous cas, les vents dans ces “burst swaths” ont été d’une violence inouïe. Il n’est pas exclu que le vent ait atteint des valeurs situées entre 160 et 200 km/h, voire d’avantage. Les rafales ont été aussi particulièrement fortes à Binche, Neuville-sous-Huy et à Achêne, où de telles vitesses pourraient aussi avoir été atteintes.

Cet épisode remarquable a fait l’objet d’une étude détaillée dans un dossier. Nous vous invitons à le consulter en suivant le lien suivant : Les orages violents du 14 juillet 2010.