16-17/08/2018 – Orages sévères

Durant la nuit du jeudi 16 août au vendredi 17 août 2018, de violents orages touchent la Belgique, notamment au sein d’un couloir allant de l’Entre-Sambre-et-Meuse à l’est de la province de Liège où les dégâts sont particulièrement nombreux. Ceux-ci sont essentiellement le fait d’un puissant système très venteux et grêligène dont la nature est discutée plus loin dans cet article. À l’arrière, d’autres orages plus classiques évoluent en fin de nuit et en début de matinée sur le sud du pays.

La violence de cet orage en particulier a été particulièrement surprenante compte tenu des paramètres atmosphériques alors en place à ce moment. Habituellement, la plupart des épisodes orageux violents de saison estivale se produisent dans des masses d’air chaud, humide et instable (CAPE > 1000 voire 2000 J/kg). Cette instabilité se combine à des éléments dynamiques (forçages) comme les convergences en basse couche et les diffluences d’altitude organisées par les ondulations du Jet-stream. L’équilibre entre instabilité et dynamique est variable d’un épisode à l’autre, et rarement ces deux composantes se présentent au même endroit au même moment avec de très hautes valeurs. Les épisodes orageux qui en résultent sont alors d’une extrême virulence, comme le 26 mai 2009, le 14 juillet 2010 ou encore le 23 juin 2016.

Toutefois, plus rarement, des orages violents peuvent survenir sans intervention d’une forte instabilité. C’était le cas lors du 29 avril 2018 et de la tornade associée dans la région de Dinant, ce fut à nouveau le cas pour cette nuit du 16 au 17 août.

Durant la journée du 16 août, le pays est placé dans un flux de sud assez chaud avec des températures comprises entre 25°C et 28°C. À l’ouest, un vaste système frontal concerne toute la façade atlantique de l’Europe soit de la Norvège au Portugal.

À notre niveau, un double front froid associé à une anomalie basse de tropopause s’approche de notre côte durant l’après-midi, ce qui conduit la province de Flandre Occidentale à être touchée par les premières pluies à partir de 20h30. Progressivement, le système frontal s’avance lentement en direction du centre de la Belgique.

Situation synoptique du 17 août 2018 à 2h00. Source : KNMISituation synoptique du 17 août 2018 à 2h00. Source : KNMI

Malgré une très faible instabilité (CAPE de 200 à 300 j/kg selon les estimations des modèles météorologiques Arome et Arpège), la dynamique d’altitude est particulièrement présente. En effet, en plus de l’anomalie de tropopause, le jet-stream courant du nord-ouest de la France à la mer du Nord est idéalement placé pour booster la convection, la Belgique étant placée en entrée droite.

Le cisaillement des vents est de plus très marqué. Dans les basses couches, le vent est orienté au nord-est à l’avant du front tandis qu’il est de nord-ouest à l’arrière. C’est notamment au niveau 925 hPa que les modèles identifient une convergence très marquée dont la localisation et le timing correspondent à ceux du système orageux très venteux responsable de la plupart des dégâts. Cette convergence est particulièrement serrée entre 1h00 et 4h00, soit le laps de temps pendant lequel le système a été particulièrement actif. Plus haut, le vent s’oriente au sud-ouest. Ces différences de vent extrêmes et le tirage exercé par les forçages en altitude induisent de puissantes turbulences au sein des nuages orageux. La violente activité électrique, la grêle et les rafales observées y trouvent probablement leur origine. Par ailleurs, cette différence de flux pourrait expliquer la trajectoire du système orientée vers l’est-nord-est (alors que les autres cellules se déplacent vers le nord-est) tandis que les sommets les plus hauts des cumulonimbus sont rejetés au nord du système.

Archives du modèle Arome du 16 août 2018 20h00 valable pour 2h00 la nuit suivante. On note la convergence particulièrement serrée des vents à 925 hPa sur la province de Namur (source : Meteo France via Meteociel).Archives du modèle météorologique Arome du 16 août 2018 à 20h00 valable pour 2h00 la nuit suivante.
On note la convergence particulièrement serrée des vents à 925 hPa sur la province de Namur.
Source : Meteo France via Meteociel

Le sondage de Beauvechain, effectué en fin de soirée du 16 (voir ci-dessous), résume assez bien les différents éléments venant d’être énumérés. La CAPE est encore très faible à cette heure, et on note la présence d’une couche d’air stable dans les premières centaines de mètres de l’atmosphère, le vent y souffle de nord-nord-est. Juste au-dessus, l’air est conditionnellement instable (il le sera encore un peu plus au devant des orages), et le vent tourne rapidement au sud-sud-ouest, puis au sud-ouest en moyenne troposphère, le tout formant des cisaillements de vent très prononcés. Ces cisaillements sont connus pour exacerber l’activité des cellules orageuses qui parviennent à se former. On note enfin une humidité relativement poussée, notamment en basse couche (proximité des deux courbes noires, celle des températures à droite et celle du point de rosée à gauche).

Il est intéressant de s’arrêter un moment sur ce vent de nord-est en basse couche. Pour rappel, au niveau 925 hPa (vers 800 mètres d’altitude), il est plutôt d’est-nord-est au devant du front froid sur le sud de la Belgique. Le modèle Arome, dans son run 18z du 16 août, montre que ce flux s’établit progressivement au crépuscule et à l’approche progressive du front froid. La présence d’une mésodépression sur le nord-est de la France y aide, mais d’autres facteurs semblent expliquer la mise en place de ce flux de basse couche en direction du front froid qui s’approche :

  • La présence des forçages liés au front et à la divergence associée au Jet en altitude s’approchant par l’ouest, provoquant un appel d’air à leur avant ;
  • Au préalable, la progression en soirée et jusqu’au sud de l’Ardenne de deux pseudofronts de basse couche peu développés mais ayant instauré la couche d’air stable (et un peu plus humide) mentionnée plus haut. Ils ont permis la mise en place d’un flux de nord en basse couche (basculant plus tard vers l’est-nord-est), avec un petit maximum de vent à quelques centaines de mètres au-dessus du sol, au sommet de l’inversion liée “gommant” les rugosités du relief. Il est possible que ce maximum se soit confondu par endroits avec celui du vent nocturne associé à la mise en place de l’inversion après le crépuscule (sans certitude pour ce dernier point).

En conséquence, nous avons un « inflow », un flux dirigé vers le front porteur des orages qui, malgré la faible instabilité, apporte de l’humidité et une certaine chaleur latente aux cellules orageuses. Celui-ci bute contre le flux de nord-ouest derrière le front, obligeant les masses d’air à s’élever le long de cette frontière serrée. Rappelons qu’il ne s’agit que de modélisations, mais cette hypothèse n’en demeure pas moins très intéressante pour expliquer en partie la virulence des orages.

Pour en revenir au sondage (ci-dessous), les paramètres à droite, et notamment les indices d’instabilité, donnent quelques informations intéressantes en plus. Le TOTL est l’indice Total-Totals, fréquemment utilisé en prévision orageuse et bon indicateur s’il est confronté à d’autres paramètres. La valeur de 49,4 se range dans une catégorie correspondant à la survenue probable d’orages modérés épars, avec parmi eux quelques orages isolés de forte intensité. Cette possibilité est remarquablement conforme à la réalité de cet épisode.

Sondage de Beauvechain probablement effectué à 23h00 le 16 août 2018 (contrairement à l’heure affichée et par croisement avec les relevés de la station) (source : University of Wyoming).Sondage de Beauvechain probablement effectué à 23h00 le 16 août 2018 (contrairement à
l’heure affichée et par croisement avec les relevés de la station) (source : University of Wyoming).

Toutefois, ce phasage parfait des différents éléments (malgré la faible instabilité rappelons-le) n’opère que peu de temps, ce qui explique que, en soirée du 16 août, rien ou presque ne se passe. Durant ce laps de temps, le front froid continue sa progression d’ouest en est en n’apportant que des pluies faibles à modérées. L’activité orageuse est anecdotique mis à part quelques cellules qui parviennent à se former tout en restant généralement faibles.

Le premier orage se développe autour de 21h40 à l’est de Mouscron (province de Hainaut) avant de se déplacer vers le nord-est en direction de la province de Flandre Orientale. Il touche Gand vers 22h30 avant de s’affaiblir. Au même moment, une autre cellule se forme sur Oudenaarde (province de Flandre Orientale) et progresse en direction du nord-est également. Anvers est atteinte aux alentours de 23h50 avant que la cellule ne finisse par s’effondrer.

Par après, un orage multicellulaire se développe au nord-ouest de la région bruxelloise au niveau de la province de Brabant Flamand vers 00h50, le 17 août 2018. Il suit la même direction que les précédents et concerne rapidement la province d’Anvers avant de s’affaiblir au nord-ouest de Geel (province d’Anvers) autour de 1h45.

Cependant, en parallèle, le phasage entre les différents éléments atmosphériques devient optimal sur le sud du pays et le nord de la France. Vers 0h30, une cellule orageuse formée une heure et quart plus tôt sur le département de l’Oise transite sur le nord-ouest de l’Aisne en s’intensifiant, en profitant sans doute d’une instabilité un peu meilleure à cet endroit (le modèle Arome y entrevoit une CAPE comprise entre 300 et 400 J/kg).

Faible auparavant, l’activité électrique devient plus active une fois passé 0h45. En entrant sur l’Avesnois (extrême est du département du Nord), cette cellule se voit adjoindre un autre orage très actif fraîchement formé sur le nord de l’Aisne, tandis qu’un troisième orage qui circulait conjointement au nord de la première cellule est également marqué par une très forte intensification.

Vers 1h30, l’ensemble forme un écho en arc marqué par de très fortes réflectivités sur l’Avesnois, laissant présager de puissantes bourrasques. Ce système entre alors en Belgique par la Botte du Hainaut vers 1h50 après avoir pris une direction orientée ENE plutôt que NE auparavant. Du côté de l’activité électrique, on note un nouveau saut vers 1h30, puis à nouveau vers 1h45.

A partir de ce moment, les observateurs dans la région font part d’une activité électrique quasi incessante, de chutes de grêle et de très fortes rafales, et le système orageux provoque ses premiers dégâts. Plusieurs phénomènes venteux particulièrement violents causent de nombreux dégâts à la végétation et aux habitations dans la région de Beaumont juste avant 2h00.

Evolution de l’orage sur le nord de la France entre 0h45 et 1h45 (le 17 août 2018).Evolution de l’orage sur le nord de la France entre 0h45 et 1h45 (le 17 août 2018). Source : Infoclimat.Evolution de l’orage sur le nord de la France entre 0h45 et 1h45 (le 17 août 2018). Source : Infoclimat.
Éclair intra-nuageux illuminant le ciel vers la région d'Estinnes en province de Hainaut, le 17 août 2018 à 01h57. Crédit photo : Samina VerhoevenÉclair intra-nuageux illuminant le ciel vers la région d’Estinnes
en province de Hainaut, le 17 août 2018 à 01h57.

Ensuite, la région de Laneffe (province de Namur) subit le même sort vers 2h15 tandis que l’orage se renforce encore. Quelques kilomètres plus au nord, le village de Somzée voit tomber des grêlons de 3 cm de diamètre qui forment une couche d’une dizaine de centimètre au sol.

Par la suite, l’orage produit encore un violent phénomène venteux sur la commune de Mettet où de nombreux arbres se retrouvent au sol peu avant 2h30. Un des membres de Belgorage étant présent dans cette région a d’ailleurs pu immortaliser l’ambiance qui règne lors du passage de ces orages depuis son véhicule. Pour visualiser la séquence, nous vous invitons à suivre le lien suivant : Orage multicellulaire en arc transitant par la région de Mettet immortalisé par Hubert Maldague. On note que l’activité électrique est très intense, avec énormément d’intranuageux. Les flashes les plus aveuglants sont attribuables à de rares coups de foudre proches qui sont alors complètement noyés dans les précipitations de pluie et de grêle.

Entretemps, une zone pluvio-orageuse affecte Bruxelles, les provinces des Brabants Flamand et Wallon ainsi que celles d’Anvers et de Limbourg, celle-ci se déplaçant progressivement vers le nord-est de la Belgique. En outre, la foudre s’abat sur une habitation de La Hulpe en province du Brabant Wallon.

Pendant ce temps, l’orage actif sévit sur la Haute Meuse puis sur la région d’Hamois aux alentours de 2h55 où des toits s’envolent, des arbres sont arrachés et des champs se font dévaster.

Coup de foudre descendant positif se manifestant à l'horizon sud de la région de Héron en province de Namur, le 17 août 2018 à 03h09. Crédit photo : Samina VerhoevenCoup de foudre descendant positif se manifestant à l’horizon sud de la région de Héron en province de Namur,
le 17 août 2018 à 03h09.

Par après, l’orage s’affaiblit quelque peu mais il reste tout aussi actif, notamment sur la région de Durbuy, Bomal et Barvaux (extrême nord-ouest de la province de Luxembourg) où de nombreux dégâts à la végétation sont constatés aux alentours de 3h25. Un camp scout est également évacué car le campement est détruit par les fortes rafales de vent.

Successivement, le système, qui, par ailleurs, présente toujours une structure en arc sur les imageries radar, entre en province de Liège. La commune de Hamoir subit aussi de fortes rafales de vent qui engendrent bon nombre de dégâts vers 3h30. Un camping est notamment évacué car des arbres sont tombés sur des tentes et des caravanes en faisant deux blessés (miraculeusement au vu des dégâts). Des chutes de grêlons de 2 à 3 cm de diamètre sont aussi observées.

Ensuite, quelques dommages sont encore reportés dans la région de Remouchamps-La Reid autour de 3h45 avant que l’orage ne perde sa forme arquée. Cependant, un noyau très actif subsiste et concerne par après les Hautes Fagnes avant de s’évacuer vers l’Allemagne à partir de 4h30 où il s’effondre progressivement.

Éclair intra-nuageux illuminant le ciel vers la région de Sorinne-la-longue en province de Namur, le 17 août 2018 à 04h40. Crédit photo : Samina VerhoevenÉclair intra-nuageux illuminant le ciel vers la région de Sorinne-la-Longue
en province de Namur, le 17 août 2018 à 04h40.

En parallèle, vers 2h30, une cellule orageuse qui transitait à l’est de Saint-Quentin dans l’Aisne subit à son tour une phase d’intensification progressive. Elle finit par former un nouvel orage multicellulaire en arc sur la frontière franco-belge au sud de Beaumont (province de Hainaut) peu avant 3h30. Ce système se déplace en suivant la même trajectoire que le précédent. Cependant, il se montre beaucoup moins puissant au niveau des précipitations et du vent mais présente encore une forte activité électrique. Aux alentours de 3h55, il se greffe à un axe pluvio-orageux qui se crée entre Florennes (province de Namur) et Léopoldsburg (province de Limbourg) en passant par Jodoigne (province du Brabant Wallon). Cet orage se déplace rapidement vers le nord-est en direction d’Aix-la-Chapelle (Allemagne) en ne présentant plus aucun phénomène fort et en passant au sud de Namur vers 4h15 puis sur le sud de la région liégeoise vers 5h15.

Éclair intra-nuageux illuminant le ciel vers la région de Sorinne-la-Longue en province de Namur, le 17 août 2018 à 05h21. Crédit photo : Samina VerhoevenÉclair intra-nuageux illuminant le ciel vers la région de Sorinne-la-Longue
en province de Namur, le 17 août 2018 à 05h21.

Dans le sillage de ce second orage, d’autres cellules à l’activité très fluctuante et venant de l’Aisne s’activent à leur tour en toute fin de nuit et  à l’aube. Un troisième orage progresse ainsi sur le Condroz et se renforce entre Namur et Ciney avant de filer vers Verviers. Les autres orages, plus méridionaux, sont faibles à modérés. Au nord-ouest de ces foyers, une zone pluvio-orageuse concerne une partie centrale du pays. Le tout se décale progressivement vers l’est pour concerner les provinces de Liège et de Luxembourg en début de matinée où quelques noyaux orageux sévissent encore. À partir de 9h30, toute l’activité orageuse a quitté la Belgique pour l’Allemagne en mettant fin à l’un des plus forts épisodes orageux de l’année.

Série d’images radar montrant la progression des précipitations et des foyers orageux en fin de nuit et à l’aube du 17 août 2018. Les orages sont numérotés, le 1 étant le système provoquant les dégâts de Beaumont à la province de Liège. Source des images : Kachelmann Wetter.Série d’images radar montrant la progression des précipitations et des foyers orageux en fin de nuit et à l’aube du 17 août 2018. Les orages sont
numérotés, le 1 étant le système provoquant les dégâts de Beaumont à la province de Liège. Source des images : Kachelmann Wetter.

Pour en revenir à la nature de l’orage ayant provoqué la grande majorité des dégâts, les imageries radar à notre disposition semblent aller en faveur du caractère hybride de cet ensemble. Au départ semblable à un écho en arc assez classique, le système a, sur les provinces de Namur et de Liège, présenté à plusieurs reprises une structure en S qui pourrait être l’action d’un mésocyclone ou d’un mésovortex. D’un écho en arc, l’orage aurait ainsi évolué vers un LEWP (écho en arc déformé en vagues) sous l’action de puissants courants jets arrières (rear inflow jet en anglais). Les rafales descendantes pourraient par ailleurs y trouver leur origine. Une autre hypothèse ayant été envisagée est celle d’une supercellule HP, toutefois il est impossible de confirmer l’existence d’un mésocyclone durable et profond, bien qu’une rotation au sein du système orageux semble se deviner par moments sur les imageries radar.

Images radar montrant la torsion en S des plus fortes réflectivités, à 2h45, le 17 août 2018. Source : KachelmannImages radar montrant la torsion en S des plus fortes réflectivités, à 3h00, le 17 août 2018. Source : Kachelmann

Images radar montrant la torsion en S des plus fortes réflectivités, à 3h20, le 17 août 2018. Source : KachelmannSérie d’images radar montrant la torsion en S des plus fortes réflectivités entre 2h45 et 3h20.
A noter que vu la distance du radar, les structures ici montrées sont celles qui devaient exister
entre les basses et moyennes couches de l’atmosphère. Source : Kachelmann

Durant cette offensive, pas moins de 30.000 éclairs ont été détectés. Toutefois, l’activité électrique a été principalement de type intra-nuageuse.

Carte des coups de foudre survenus entre le 16 août 2018 18h00 et le 17 août 12h00. Source : LightningmapsCarte des coups de foudre survenus entre le 16 août 2018 à 18h00 et le 17 août à 12h00.
Source : Lightningmaps

Quant aux précipitations, la vitesse rapide des cellules a limité les cumuls malgré des pluies parfois intenses. Quelques inondations ont été observées mais elles sont restées localisées. Les plus gros cumuls enregistrés sont de :

  • 33 mm à Uccle (Bruxelles) et Courrière (province de Namur)
  • 29 mm à Sivry (province de Hainaut)
  • 27 mm à Zaventem (province du Brabant Flamand) et Havelange (province de Namur)
  • 24 mm à Braine-le-Château (province du Brabant Wallon)
  • 23 mm à Sint-Katelijne-Waver (province d’Anvers)

Nous vous invitons à consulter les quelques liens médiatiques suivants pour avoir davantage d’informations sur ces événements :

 

Résultats des enquêtes de terrain

Un résumé des différentes enquêtes de terrain sur les phénomènes venteux est disponible ci-dessous. Celles-ci sont classées selon les communes impactées.

1.Beaumont

Deux enquêtes ont été réalisées dans cette commune. Il en ressort qu’une (ou plusieurs) rafale(s) descendante(s), d’intensité maximale T4, a touché les localités de Thirimont, Leugnies, Leval-Chaudeville, Pont-du-Prince, Solre-Saint-Géry et Beaumont. De nombreux dégâts ont été constatés, notamment des arbres couchés, des poteaux électriques brisés et la toiture d’une habitation entièrement détruite. Plusieurs couloirs d’accélérations du vent (burst swath) ont été observés. En outre, plus de 24h00 après le passage de l’orage, des amas de grêle étaient encore visibles.

Voiture détruite par la chute d'arbres à Beaumont (province de Hainaut) le 17 août 2018. Crédit photo : Benjamin Van KelstVoiture détruite par la chute d’arbres à Beaumont en province de Hainaut, le 17 août 2018.
Crédit photo : Benjamin Van Kelst
Toiture entièrement détruite sur une habitation de Beaumont, en province de Hainaut, le 17 août 2018. Crédit photo : Anthony GossiauxToiture entièrement détruite sur une habitation de Beaumont en province de Hainaut, le 17 août 2018.
Crédit photo : Anthony Gossiaux

Toutefois, il n’est pas exclu qu’une tornade ait pu sévir localement près de la frontière franco-belge. Des dégâts sur des champs de maïs à Recquignies (France) sembleraient trahir le passage d’un tourbillon. De plus, au nord-ouest de Beaumont, des dégâts suspects dans un champs de maïs (tourbillon) ainsi que dans une parcelle forestière (convergents) sembleraient également montrer le passage d’une tornade de faible intensité.

2. Walcourt et Florennes

Aucune enquête de terrain n’y a été menée mais la présence d’un de nos membres sur place lors de la survenue du phénomène nous permet de conclure à une rafale descendante (ou plusieurs). Les localités de Laneffe, Fraire (Walcourt), Thy-le-Bauduin , Hanzinelle et Morialmé (Florennes) ont été concernées avec une intensité maximale T3. Outre les nombreux arbres endommagés, des pans de toitures se sont envolés tandis que d’autres ont été atteints à des degrés divers.

Cependant, il n’est pas exclu qu’une tornade ait pu localement se former, en plus des rafales descendantes. Cette possibilité est induite par quelques dégâts suspects comme une toiture qui s’est envolée dans le sens inverse au déplacement du phénomène. Mais en l’absence d’une enquête de terrain, cela ne reste qu’une hypothèse.

Pan de toiture complètement envolé sur une ferme à Laneffe (province de Hainaut) le 17 août 2018. Source : RTLinfoPan de toiture complètement envolé sur une ferme à Laneffe en province de Namur, le 17 août 2018.
Source : RTLinfo. Auteur non communiqué
Toiture d'une habitation endommagée à Laneffe (province de Hainaut) le 17 août 2018. Source : Sudinfo. Auteur : G.F.Toiture d’une habitation endommagée à Laneffe en province de Namur, le 17 août 2018. Source : Sudinfo. Auteur : G.F.

3. Mettet

Aucune enquête de terrain n’a permis d’établir qu’une rafale descendante (ou plusieurs) est à l’origine des dégâts observés bien que cela soit très probable. Cela est confirmé par un membre de notre collectif qui était présent sur place au moment du phénomène. L’intensité semblerait un peu plus faible, au maximum T2. Les localités de Mettet, Biersmerée, Ermeton-sur-Biert, Furnaux et de Saint-Gérard ont été impactées. Les dégâts concernent essentiellement la végétation.

4. Yvoir, Anhée et Onhaye

Une enquête de terrain prouve que les dégâts observés montrent la survenue d’une rafale descendante qui a touché les localités de Foy (Onhaye), Salet, Haut-le-Wastia (Anhée), Anhée ainsi que la rive droite de la Meuse, située sur la commune d’Yvoir. L’intensité maximale est estimée au niveau T3.

Les dégâts sont tous orientés vers l’est-nord-est, dans le sens de déplacement de l’orage. Outre les dommages constatés aux toitures, des arbres ont été abattus.

En outre, des dommages attribués à des grêlons de bonne taille ont été visibles sur le village de Salet comme des arbres effeuillés ainsi que des potagers dévastés.

Toiture d'une porcherie endommagée à Haut-le-Wastia (province de Namur) le 17 août 2018. Crédit photo : Eric DargentToiture d’une porcherie endommagée à Haut-le-Wastia en province de Namur, le 17 août 2018.
Champ de maïs dévasté par la grêle ainsi que par la rafale descendante à Haut-le-Wastia (province de Namur) le 17 août 2018. Crédit photo : Eric Dargent
Champ de maïs dévasté par la grêle ainsi que par la rafale descendante à Haut-le-Wastia en province de Namur, le 17 août 2018.
Toiture d'une ferme fortement endommagée à Haut-le-Wastia (province de Namur) le 17 août 2018. Crédit photo : Eric DargentToiture d’une ferme fortement endommagée à Haut-le-Wastia en province de Namur, le 17 août 2018
Arbres sectionnés à Anhée (province de Namur) le 17 août 2018. Crédit photo : Eric DargentArbres sectionnés à Anhée en province de Namur, le 17 août 2018.

5. Hamois

Une enquête de terrain, réalisée notamment à l’aide d’un drone, met en évidence la survenue d’une rafale descendante sur les localités d’Emptinne, Schaltin, Skeuvre, Hamois et Emptinale. Des parcelles forestières et agricoles ont été dévastées par les vents et des toitures ont été endommagées, parfois fortement. L’intensité maximale est estimée au niveau T3. Les dégâts étaient notamment bien visibles depuis la nationale 4.

6. Durbuy

Aucune enquête de terrain n’a pu être conduite. Les localités concernées sont celles de Durbuy, Barvaux, Bomal, Tohogne, Juzaine, Ozo et Izier. Toutefois, les indices récoltés ne nous permettent pas de conclure sur la nature du phénomène mais il pourrait s’agir d’une probable rafale descendante, d’intensité T1 ou T2. Mais il n’est pas exclu que les dégâts soient l’œuvre d’un puissant front de rafale à Tohogne, Durbuy, Barvaux et Bomal. A Juzaine, la présence d’un couloir de dégâts est bien visibles, celui-ci se poursuivant ensuite en direction d’Ozo et d’Izier. Là aussi, il n’est pas possible de conclure sur la nature du phénomène car ce couloir a été découvert plusieurs semaines après la survenue de l’événement. De nombreux arbres sont endommagés ou abattus et des toitures légères se sont envolées. Il s’agit soit d’une rafale descendante, soit d’une tornade. En outre, dans le même axe mais quelques kilomètres plus loin, la toiture d’une école a été endommagée à Ferrière, ce qui pourrait laisser croire que le couloir s’est prolongé jusque-là.

7. Hamoir

La réalisation d’une enquête de terrain a permis d’établir la survenue d’une rafale descendante (microrafale) d’intensité T0 à T2 qui a atteint ponctuellement un maximum T3 dans des couloirs d’accélération (burst swath). Les localités touchées sont Comblain-la-Tour, Comblain-Fairon, Fairon, Chirmont, Xhignesse ainsi que le nord d’Hamoir. Les dégâts sont essentiellement causés par la chute d’arbres mais aussi par quelques toitures endommagées dont une sévèrement. Un camping a notamment été ravagé par les vents et plusieurs blessés sont à déplorer à cause de chutes d’arbres sur des tentes et des caravanes.

Orientation moyenne du vent lors du phénomène : ouest.
Longueur : environ 6,5 km.
Largeur maximale : 2,9 km environ.

Parcelle forestière endommagée à Chirmont (Hamoir, province de Liège) le 17 août 2018. Crédit photo : François RiguelleParcelle forestière endommagée à Chirmont (Hamoir) en province de Liège, le 17 août 2018.
Caravane écrasée par un résineux sectionné au camping de Comblain-la-Tour (province de Liège) le 17 août 2018. Crédit photo : François RiguelleCaravane écrasée par un résineux sectionné au camping de Comblain-la-Tour en province de Liège, le 17 août 2018.
Champ de maïs ravagé par la rafale descendante au dessus de Hamoir (province de Liège) le 17 août 2018. Crédit photo : François RiguelleChamp de maïs ravagé par la rafale descendante au dessus de Hamoir en province de Liège, le 17 août 2018.
Toiture envolée à Fairon (Hamoir, province de Liège) le 17 août 2018. Crédit photo : François RiguelleToiture envolée à Fairon (Hamoir) en province de Liège, le 17 août 2018.

8. Remouchamps et Theux

Des dégâts ont été signalés dans cette région mais aucune enquête de terrain n’a pu être faite. Cependant, des images aériennes qui circulent dans la presse (voir lien suivant : vidéo drone La Meuse ) nous permettent de conclure à une rafale descendante à La Reid (Theux) en province de Liège. Celle-ci semble très localisée (microrafale) avec une intensité T2. De nombreux arbres se sont retrouvés à terre tandis que de très faibles dommages sont constatés sur des bâtiments.

Capture d'écran d'une vidéo prise par drone à La Reid (province de Liège). De nombreux arbres ont été abattus le 17 août 2018 . Source : La Meuse. Crédit vidéo : D.R.Capture d’écran d’une vidéo prise par drone à La Reid en province de Liège. De nombreux arbres ont été abattus le 17 août 2018 .
Source : La Meuse. Crédit vidéo : D.R.

Des arbres ont été abattus à Remouchamps mais aucun indice ne nous permet de conclure sur la nature du phénomène qui semblerait avoir été de faible intensité.

Conclusion

En tout, ce sont sept cas de rafales descendantes qui ont été confirmés par notre collectif au cours de la journée du 17 août 2018 et un autre cas est qualifié de probable. En outre, il est possible qu’une ou plusieurs tornades aient sévi entre Recquignies (France) et Laneffe (Walcourt). Malheureusement, nous ne disposons pas d’assez de preuves pour avérer ce ou ces cas de tornades. Ils sont donc seulement qualifiés de ‘possibles’.