(27/05-01/06) 2018 – Période orageuse (acte 2)

27 mai 2018

La Belgique est de nouveau placée dans un marais barométrique. Plusieurs lignes de convergences traversent notre pays durant la journée et une dépression de surface se met en place sur le centre en soirée. Associé à cela, une dépression placée à l’ouest de la Bretagne nous envoie des courants chauds et très humides dans les basses couches.

Après une nuit très chaude pour un mois de mai, où les températures ne sont pas descendues en dessous de 18°C en de nombreux endroits (min de 15,2°C à  Buzenol, en province de Luxembourg), l’air est dès la matinée difficile à supporter en raison des taux d’humidité très élevés, surtout sur le centre et l’ouest du pays. Alors que les températures affichent 22-23°C, les points de rosées sont localement de 18 à 19 °C.

Situation synoptique du 27 mai  2018  à 20h00. Source : KNMISituation synoptique du 27 mai  2018  à 20h00. Source : KNMI

Dès lors, la convection ne tarde pas à se manifester. Une première ligne de convergence traverse la Belgique en cours de matinée du sud-ouest vers le nord-est, accompagnée d’averses localement orageuses. Toutefois la convection ne s’enclenche pas depuis les basses couches, mais à partir des couches moyennes. Les cellules sont très faibles mais ont le mérite de rafraîchir l’atmosphère et de rendre l’air un peu plus respirable. A l’arrière de la convergence la nébulosité est parfois importante mais de larges éclaircies sont aussi présentes sur certaines régions permettant aux températures d’atteindre jusqu’à 30°C à Koersel, en province de Limbourg

Peu avant 11h30, la ligne de convergence arrive sur l’est de notre pays. Des orages plus vigoureux se forment alors sur la frontière allemande en province de Liège. Au même moment une deuxième ligne de convergence entre sur la Belgique depuis la France et quelques averses orageuses se développent au sud-ouest de Mons, en province de Hainaut.

Sur l’est une cellule naît sur la région de Henri-Chapelle (province de Liège) et se montre beaucoup plus active. D’intenses précipitations l’accompagne. L’activité orageuse se régénère par une bande d’alimentation vers le nord-ouest, si bien que l’orage se déplace dans cette direction, avec un certain comportement rétrograde.

Alors qu’une ligne d’averses faiblement orageuses traverse le Hainaut en s’affaiblissant progressivement, cet orage traverse la région de Maastricht aux Pays-Bas avant de revenir en Belgique sur la province de Limbourg. Entre 13h15 et 14h00, les régions de Lanaken,Maasmechelen et Maastricht (Pays-Bas) subissent alors des pluies diluviennes qui causent des inondations. Des chutes de grêlons d’environ 2 cm de diamètre sont aussi signalé à Lanaken et Maasmechelen.

Ensuite la cellule s’affaiblit alors que la convection redémarre autour de 14h30 sur la ligne convergence qui se trouve sur un axe Anvers-Lanaken. Les orages avancent vers le nord-est à travers le nord des provinces de Limbourg et d’Anvers. Un orage isolé se forme également sur Ostende, en province de Flandre Occidentale.

A Genk (province de Limbourg), c’est la foudre qui cause des dégâts. Un puissant coup de foudre tombe sur un sapin qui éclate littéralement. Un habitation est également concernée par la foudre et voit sa cheminée endommagée tandis qu’un échafaudage est touché sur un autre bâtiment. A Essen (province d’Anvers) de nombreuses rues sont inondées et la foudre s’abat sur une maison, provoquant un incendie.

Arbre foudroyé à Genk en province de Limbourg le 27 mai 2018. Crédit photo : Toon Royackers.Arbre foudroyé à Genk en province de Limbourg le 27 mai 2018. Crédit photo : Toon Royackers.

L’orage qui se trouve sur Ostende est stationnaire et déversent des pluies intenses sur la région. Il est issu d’une situation assez atypique sur nos côtes. Alors qu’au nord la brise de mer sévit, au sud le faible flux de sud s’impose. Il en résulte au centre de puissants forçages issus de la rencontre entre ces vents contraires. L’orage se réalimente depuis le sud et le sud-est et de nouvelles cellules se reforment sur la région pendant plus de deux heures (entre 14h30 et 17h00). Il en résulte d’importantes inondations, notamment à Ostende, Bredene et Jabbeke. De nombreuses voiries et habitations se retrouvent sous eaux. De plus, des chutes de grêlons atteignant localement 2 à 3 cm sont observés à Ostende et Zeldegem. A Loppem, la foudre touche une maison et sa toiture se retrouve fortement endommagée.

Inondations à Bredene en province de Flandre Occidentale le 27 mai 2018. Crédit photo : Dji (Gazet Van Antwerpen)Inondations à Bredene en province de Flandre Occidentale le 27 mai 2018. Crédit photo : Dji (Gazet Van Antwerpen).

Pendant ce temps, à partir de 15h30, des cellules se forme au nord de Andenne (province de Namur), à l’est de Waremme (province de Liège) et au sud-ouest de Verviers (province de Liège). Elles se montrent toutes les trois peu mobiles et engendrent des inondations, notamment à Andenne et Verviers. Mais l’orage né à l’est de Waremme se montre le plus actif et d’importantes coulées de boues inondent les localités de Remicourt, Oreye, Crisnée, Ans, Awans (province de Liège) et Diest-Heur (province de Limbourg). Plusieurs cours d’eau, dont le Geer, sont également sortis de leurs lits. A Oreye, la grêle aurait causé des dommages à des toitures ainsi qu’à des véhicules.

Cellule orageuse présente sur l'est de la région liégeoise vue depuis Jemeppe-sur-Meuse en province de Liège, le 27 mai 2018 à 16h15.Cellule orageuse présente sur l’est de la région liégeoise vue depuis Jemeppe-sur-Meuse en province de Liège, le 27 mai 2018 à 16h15.

cellule orageuse sur la région de Crisnée vu depuis Waremme en province de Liège le 27 mai 2018. Geoffrey Maillard
cellule orageuse sur la région de Crisnée vu depuis Waremme en province de Liège, le 27 mai 2018 à 16h18.
Inondations à Oreye en province de Liège le 27 mai 2018.Inondations à Oreye en province de Liège le 27 mai 2018.
Coulée de boue à Remicourt en province de Liège le 27 mai 2018. Source : RTC Liège.Coulée de boue à Remicourt en province de Liège le 27 mai 2018. Source : RTC Liège.
Coulée de boue à Crisnée en province de Liège le 27 mai 2018.Coulée de boue à Crisnée en province de Liège le 27 mai 2018.

A partir de 17h30, la convection reprend sur la province de Hainaut. Plusieurs cellules se développent rapidement et touchent la région de Mons. Cet orage multicellulaire est très actif et quasiment stationnaire. Des inondations sont constatées en de nombreux endroits entre Mons et Soignies. La foudre endommage également le réseau électrique, privant plusieurs régions d’électricité (voir lien plus bas).

Orage multicellulaire présent sur la région de Soignies vu depuis Chapelle-à-Wasttines en province de Hainaut, le 27 mai 2018 à 19h30.Orage multicellulaire présent sur la région de Soignies vu depuis Chapelle-à-Wasttines en province de Hainaut, le 27 mai 2018 à 19h30.

Au même moment, des cellules très activent sévissent sur les frontières de l’est, sans conséquences connues. Autour de 20h00, alors que l’orage du Hainaut s’effondre sur l’ouest du Brabant Wallon, de nouvelles cellules se forment entre Gand et Bruges. Elles présentent toutefois une faible durée de vie, mais causent des inondations à Ursel et Knesselare (province de Flandre Orientale). Sur la frontière française au sud de Couvin-Chimay (province de Hainaut), d’autres orages naissent également.

Certaines se montrent assez actives et peu mobiles. Elles perdent en activité à partir de 23h30, donnant encore des pluies modérées sur la région jusqu’en milieu de nuit. En outre, l’eau courante a été contaminée par les inondations de ces derniers jours, ce qui la rend impropre à la consommation dans la région de Charleroi.

Double coup de foudre vers la région de Cambrai en France (frontière franco-belge) le 27 mai 2018 en soirée. Crédit photo : Cyril VigneronDouble coup de foudre vers la région de Cambrai en France (frontière franco-belge) le 27 mai 2018 en soirée.

Quand aux quantités de précipitations tombées, les plus gros cumuls ont été enregistrés à :

  • Ostende : 75 mm (particulier)
  • Crisnée : 58 mm (particulier)
  • Jabbeke : 57 mm (particulier)
  • Ettelgem : 51 mm (particulier)
  • Oreye : 36,3 mm (particulier)
  • Ostende : 26 mm
Carte des coups de foudre ayant sévit durant la journée du 27 mai 2018. Source : Lightningmaps.Carte des coups de foudre ayant sévit durant la journée du 27 mai 2018. Source : Lightningmaps.

Voici quelques liens pour avoir d’avantage d’informations sur ces événements :

28 mai 2018

La situation ne change guerre. Notre pays est toujours placé dans un marais barométrique et nous sommes baignés dans une masse d’air chaude et humide ( d’origine tropicale maritime). Cependant, contrairement à la veille, le ciel est bien plus dégagé. Il en résulte une forte instabilité (CAPE d’environ 2000 j/kg). Après une nuit où les températures descendent jusque 12 °C à  Butchenbach-Kuschelsheid (province de Liège) et 13,5 °C à Saint-Hubert (province de Luxembourg), la journée elles montent jusqu’à 30,8°C à Kruishoutem (province de Flandre Orientale) et à Begijnendijk (province du Brabant Flamand). Le littoral subit la brise de mer et le temps y est brumeux et beaucoup plus frais avec des températures inférieures à 20°C.

Pourtant rien ne se passe à l’intérieur des terres. En cause, l’absence de forçages. Seul quelques averses arrivent à se développer sur l’ Ardenne, grâce au relief. Une ligne de convergence remonte aussi depuis la France vers notre pays.

Situation atmosphérique du 28 mai 2018 à 20h00. Source : KNMI.Situation atmosphérique du 28 mai 2018 à 20h00. Source : KNMI.

A l’avant de cette convergence, le vent est orienté au secteur est à nord-est sur la Belgique. Vers 16h30, une cellule vigoureuse parvient à se former sur le relief ardennais à la frontière belgo-luxembourgeoise, au nord-est de Bastogne (province de Luxembourg). Elle arrive autour de 17h10 sur la région de Bastogne qui connait d’intenses précipitations ainsi que des chutes de grêlons de 2 à 3 cm de diamètre.

Ensuite l’orage s’effondre rapidement au profit d’une nouvelle cellule présente un peu plus au nord. Elle devient également vigoureuse et déverse des grêlons de 2 à 3 cm sur la région de La Roche en Ardenne (province de Luxembourg), aux autours de 17h20 . Quelques inondations sont aussi observées sur son passage. Par après l’orage, devenu multicellulaire, continue sa route vers l’ouest sud-ouest, mais se montre moins fort que précédemment.

Il passe au sud de Rochefort (province de Namur) peu avant 18h00, avant de toucher Couvin (province de Hainaut) vers 19h30. Il se dissipe ensuite autour de 20h00 à l’ouest de Chimay.

Au même moment  la ligne de convergence arrive sur le sud du pays en Gaume. La région d’Aubange est la première concernée par un MCS qui remonte depuis la France. Un arcus imposant précède cette dégradation orageuse. Alors que le vent est au secteur nord-est à est à l’avant sur la Belgique, derrière l’axe de convergence, il s’oriente au secteur sud à sud-est.

Arcus précédent un MCS à Fauvillers en province de Luxembourg, le 28 mai 2018 vers 21h. Crédit photo: Psyké DéklikArcus précédent un MCS à Fauvillers en province de Luxembourg, le 28 mai 2018 vers 21h. Crédit photo: Psyké Déklik

Cet MCS va progresser pendant des heures le long de la frontière franco-belge. A l’arrière une ligne d’orages parfois forts se met également en place sur la frontière et avance vers le nord-ouest. Tout ces orages se suivent jusqu’en fin de nuit le 29 mai, en concernant le sud des provinces du Luxembourg, de Namur, de Hainaut et de Flandre Orientale. Ensuite le MCS se déstructure mais des orages sévissent encore en province de Flandre Occidentale avant de s’évacuer sur la mer du Nord autour de 5h30 du matin.

Certaines cellules se montrent très actives et l’activité électrique du MCS est intense. Pas moins de 15 000 coups de foudre sont ainsi détectés sur le pays, sans parler du côté français qui est encore plus actif. La convection est profonde et les sommets nuageux atteignent une hauteur remarquable, de 13 à 14 km.

Multiples coups de foudre dans la région d'Estinnes en province de Hainaut, le 29 mai 2018 à 1h00.Multiples coups de foudre dans la région d’Estinnes en province de Hainaut, le 29 mai 2018 à 1h00.

Certaines régions se voient ainsi concernées par de fortes pluies pendant plusieurs heures. Logiquement, de nombreuses inondations et coulées de boues sont constatées, essentiellement sur les provinces de Hainaut et de Flandre Occidentale, déjà touchées les jours précédent. Les sols gorgés d’eau n’arrivent plus à absorber les quantités de précipitations et des cours d’eau entrent en crue.

La région montoise déjà inondée la veille est ainsi la plus impactée. De nombreuses localités se retrouvent sous eaux (voir lien plus bas). On ne compte plus les voiries, les habitations inondées ainsi que les coulées de boues. D’autres localités subissent le même sort, comme à Elouges, Audrenies, Quiévrain, Dour, Frameries, Boussu, Jurbise ainsi que la région de Tournai (voir lien plus bas) . La région d’Ostende, également touchée la veille, subit aussi quelques inondations, notamment à Oudenburg.

Outre la Belgique, la France a été aussi fortement touchée par des orages sévères qui ont engendrés des inondations parfois impressionnantes, ainsi que des chutes de grêle conséquantes.

Au niveau des précipitations, les plus gros cumuls sont de :

  • 56 mm à Neuvilles (province de Hainaut)
  • 35,8 mm à Rumillies (province de Hainaut)
  • 33 mm à Kemmel (province de Flandre Occidentale, particulier)
  • 31,8 mm à Rumes (province de Hainaut)
  • 30,8 mm à Passendale (province de Flandre Occidentale)
Carte des coups de foudre ayant sévit durant la journée du 28 mai 2018 ainsi que la nuit du 28 au 29 mai 2018. Source : Lightningmaps.Carte des coups de foudre ayant sévit durant la journée du 28 mai 2018 ainsi que la nuit du 28 au 29 mai 2018.
Source : Lightningmaps.

Voici quelques liens pour avoir d’avantage d’informations sur ces événements :

29 mai 2018

La situation atmosphérique reste inchangée. Une nouvelle ligne de convergence traverse notre pays du sud au nord pendant la journée. A l’avant la Belgique baigne toujours dans de l’air chaud et humide, au sein d’un marais barométrique. Au lever du jour, les température minimales sont de 10,6°C à Bütgenbach-Küchelscheid et 13,5°C à Elsenborn (province de Liège). Mais elles sont exceptionnellement chaudes sur certaines régions, comme à Anvers qui enregistre un nouveau record avec 19,6°C.  Ensuite elles grimpent pendant la journée pour atteindre 29,9 °C à Koersel et 29,5°C à Kleine-Brogel (province de Limbourg) mais stagnent en dessous de 25 °C sur une bonne partie de la Wallonie, à cause d’une forte nébulosité. La côte connait des températures encore plus fraîches suite à la brise de mer.

Situation atmosphérique du 29 mai 2018 à 14h00. Source : KNMI.Situation atmosphérique du 29 mai 2018 à 14h00. Source : KNMI.

Le matin après l’évacuation du MCS, la convection reprend dès 7h30 sur la ligne de convergence située sur un axe Bastogne-Charleroi-Tournai. A cette heure là, l’instabilité n’est pas suffisante à la formation d’orages. Du coup, seules des averses sévissent, parfois accompagnées tout de même d’un coup de tonnerre localisé. Cette zone de pluie provoque une forte nébulosité sur une bonne partie de la Wallonie, inhibant l’instabilité. En Flandre, le ciel est plus dégagé et malgré les températures plus élevées, l’absence de forçages ne permet pas aux orages de se former.

Toutefois, la convection s’enclenche peu avant 13 heures sur l’est de la province de Liège, bénéficiant de la remontée de la ligne de convergence sur cette région, alors qu’à l’ouest, elle reste peu mobile.  Plusieurs cellules se développent avant qu’un orage multicellulaire ne se mette en place sur les Hautes Fagnes. Cet orage se déplace lentement vers le nord sur la frontière franco-allemande et se montre violent.

Autour de 14h00 la région d’Eupen (province de Liège) et de Monschau (Allemagne) subissent de fortes pluies ainsi que des chutes de grêle. Des inondations sont observées en de nombreux endroits. Peu après des chutes de grêlons d’environ 3 cm de diamètre touche Raeren et l’est de La Calamine (province de Liège). Quelques inondations sont aussi constatées. L’orage est particulièrement intense mais le fait que la région ne soit pas beaucoup urbanisée limite les dégâts.

Cependant l’orage entre ensuite en Allemagne et arrive sur le ville d’Aachen aux alentours de 14h50. Les précipitations intenses, accompagnées de grêle, engendrant d’importantes inondations dans la ville (voir liens plus bas). A partir de 15h00, l’orage s’affaiblit.

La convection commence alors sur la frontière belgo-hollandaise, au nord d’Arendonk et d’Anvers, dans la province du même nom. Les orages partent rapidement vers les Pays-Bas où des inondations sont signalées. Pendant ce temps, les averses continuent de concerner une bonne partie de la Wallonie et la zone avance très lentement vers le nord-est. Quelques cellules orageuses parviennent à se former en son sein et déversent de fortes pluies qui causent localement quelques inondations, notamment au parc Pairi Daiza à Brugelette (province de Hainaut). Par exemple,  la station MeteoBelgique de Neufvilles (province de Hainaut) voit tomber 23,2 mm en une heure. Ailleurs, le cumuls est généralement compris entre 10 et 20 mm sur toute la journée (30 mm à Neufvilles).

Vers 17h30 la convection explose sur la province d’Anvers, mais l’absence de forçages ne permet pas aux nombreuses cellules formées de devenir organisées et elles restent assez faibles électriquement . Néanmoins d’intenses pluies les accompagnes et des inondations sont constatées, notamment à Stabroek, Kapellen, Zoersel, Rijkevorsel, Beerse et Kalmthout. A Brecht, on estime à 75 mm les précipitations qui sont tombées et d’importantes inondations sont signalées. D’ailleurs le plan communal d’urgence est déclenché. En outre, la foudre frappe une habitation à Bellegem provoquant un incendie.

Inondations à Brecht en province d'Anvers le 29 mai 2018. Crédit photo : Kristof Andries.Inondations à Brecht en province d’Anvers le 29 mai 2018. Crédit photo : Kristof Andries.

A partir de 19h00 ces orages partent sur les Pays-Bas tandis que l’axe pluvieux situé à présent sur une ligne Tournai-Nivelles-Tongres se désagrège. Cette zone de pluie a empêché les orages de se former sur une bonne partie du pays, avec aussi l’absence de forçage suffisant.

Par contre les Pays-Bas et l’Allemagne ont été touché par de violents orages qui ont causé des inondations parfois importantes, des chutes de grêlons de 4 cm de diamètre et de fortes rafales de vent qui provoquèrent des dommages à la végétation ainsi qu’au bâti.

Chez nous, on a enregistré logiquement les plus gros cumuls de précipitations sur l’est de la province de Liège, avec :

  • 68,6 mm  au Mont-Rigi
  • 40,4 mm à Botrange
  • 30 mm à Elsenborn.
Carte des coups de foudre ayant sévit durant la journée 29 mai 2018 à partir de 7h00. Source : Lightningmaps.Carte des coups de foudre ayant sévit durant la journée 29 mai 2018 à partir de 7h00. Source : Lightningmaps.

Pour avoir d’avantage d’informations sur ces événements, voici quelques liens :

30 mai 2018

Rien ne change au point de vue météorologique et la dynamique est absente sur la Belgique. De de fait, malgré une instabilité marquée, rien ne se passe sur notre pays. Seul quelques averses isolées se développent, éventuellement accompagnées par un coup de tonnerre. Les températures sont chaudes et atteignent 28,7 °C à Koersel (province de Limbourg). Seule la bande côtière connait un temps frais et brumeux avec des températures inférieures à 20°C. Sur la France la situation est différente. Une ligne de convergence remonte sur le nord-est du pays, associée à une dynamique d’altitude (branche du courant jet).

Situation atmosphérique du 30 mai 2018 à 20h00. Source : KNMI.Situation atmosphérique du 30 mai 2018 à 20h00. Source : KNMI.

La convection s’enclenche sur cet axe en fin de journée. Alors qu’un orage multicellulaire se développe à l’est (sur la Lorraine), une supercellule sévit plus à l’ouest (sur la Marne). Au fur et à mesure de leur remontée vers le nord, ces cellules deviennent de plus en plus actives. Un orage monocellulaire se forme également entre ces deux orages. Autour de 21 heures, la supercellule s’effondre et les orages s’organisent en un système multicellulaire qui évolue en MCS à partir de 22h00 environ.

Il remonte vers les frontières belges, luxembourgeoises et allemandes. Aux alentours de 23h15 le sud de la province de Luxembourg est atteinte (en Gaume). Cependant le MCS qui présentait une forte activité électrique jusque là perd brutalement en vigueur juste avant de franchir la frontière belge. Deux cellules entrent en Belgique, l’une sur Aubange et l’autre sur Virton, avec une activité électrique assez faible, mais avec de fortes pluies. Il tombe ainsi en 30 minutes 21 mm à Virton et à Aubange.

Coup de foudre vers la région d'Houdrigny en province de Luxembourg, le 31 mai à 0h08.Coup de foudre vers la région d’Houdrigny en province de Luxembourg, le 31 mai à 0h08.

Par la suite le système s’affaiblit encore plus et remonte durant la nuit sur les provinces de Namur et de Luxembourg, avec une très faible activité électrique, et deviens une simple zone de pluie.

31 mai 2018

Vers 4h00 du matin nous retrouvons la ligne de convergence sur la Belgique. La zone de pluie concerne essentiellement la province de Liège alors que quelques cellules se développent plus à l’ouest. Aux alentours de 5h00 une ligne d’averses apparaît sur le centre du pays et se déplace vers le nord-ouest. Ces averses évoluent localement jusqu’à l’orage et déversent de fortes précipitations.

Ainsi aux alentours de 7h00 un orage touche le nord-est de Tournai (province de Hainaut) et provoque des coulées de boues ainsi que des inondations dans les villages de Béclers, Mourcourt, Maulde et de Barry. Selon un particulier, il serait tombé 26 mm à Béclers en quelques minutes seulement, engendrant également la crue du ruisseau local.

Au même moment quelques faibles orages concernent le nord de la province de Liège ainsi que les province de Flandre Orientale et Occidentale. Deux zones pluvio-orageuses se forment alors et se déplacent vers le nord-ouest en matinée, localement accompagnées de quelques cellules orageuses. L’une d’elle concerne les provinces de Flandre Occidentale et Orientale tandis que l’autre traverse les provinces de Limbourg et d’Anvers.

On enregistre 17,6 mm de pluie à Izegem (province de Flandre Occidentale) et 15 mm à Bierset (province de Liège).

Vers 10h30, alors que la première zone de pluie se désagrège en mer du Nord, la deuxième s’active d’avantage sur les Pays-Bas. De forts orages se forment et y déversent des précipitations intenses, accompagnés d’une forte activité électrique. De inondations sont ainsi observées en de nombreux endroits.

Ensuite une nouvelle ligne de convergence se forme sur la Belgique vers 12h00. Quelques averses parfois orageuses s’y développent, mais présentent une courte durée de vie. Cependant, les conditions deviennent plus propices aux orages en fin de journée et certaines cellules se montrent alors plus actives, engendrant alors des inondations et des coulées de boues dans plusieurs régions.

A la côte, un amas multicellulaire en fin de vie remonte vers la Belgique depuis la France, en étant précédé par un imposant arcus qui est visible dans le sud-ouest de la province de Flandre Occidentale.

Arcus arrivant sur la région de La Panne en province de Flandre Occidentale le 30 mai 2018. Crédit photo : Hanna Devaere.Arcus arrivant sur la région de La Panne en province de Flandre Occidentale le 30 mai 2018. Crédit photo : Hanna Devaere.

Un amas orageux naît vers 15h30 sur la région bruxelloise et avance lentement vers le nord-est pour concerner aussi la province du Brabant Flamand jusque 18 heures. Alors qu’il se désagrège, une virulente cellule se forme au nord-est de Lommel (province de Limbourg) et se montre stationnaire tout en engendrant des inondations localisées.

Ensuite dans le sud-ouest de la province de Flandre Occidentale, vers 18h15, un orage se forme entre Veurne et Poperinge. Il devient fort actif pluviométriquement et des inondations sont constatées au cours de son déplacement vers le nord est, notamment à Houthulst, Koekelare, Kortemark et Diksmuide. Il connait une plus longue durée de vie que les autres cellules car il se réalimente en permanence vers le sud-est (jusque 20h30 après avoir passé Wingene). A Houthuslt un particulier aurait mesuré 31 mm de pluie en 20 minutes.

Aux alentours de 19h00, plusieurs cellules se développent également entre Charleroi (province de Hainaut) et Hannut (province de Liège). Vers 20h00, une autre cellule se forme également sur Liège. Alors que l’orage côtier se déplace vers le nord-est, ces orages-ci sont presque stationnaires et déversent d’intenses précipitations.  Des inondations touchent surtout le nord de Charleroi (Gosselies, Thiméon, Pont-à-Celles, Luttre, Viesville et Ohain) et Liège (centre-ville et Ans). De nombreuses voiries et habitations sont sous eaux. A Gosselies, un particulier aurait recueillit 23 mm de pluie en seulement 15 minutes.

Orage monocellulaire observé depuis la région de Bellecourt en province de Hainaut, le 31 mai 2018 à 20h30.Orage monocellulaire observé depuis la région de Bellecourt en province de Hainaut, le 31 mai 2018 à 20h30.

Vers 21h30 d’autres orages se développent dans l’ouest de la province de Hainaut. Autour de 23h00 un orage multicellulaire naît dans le sud de la province de Flandre Orientale et remonte progressivement vers le nord pour toucher Gand peu après 0h30.

Pendant ce temps là un MCS remonte vers le nord sur la  frontière franco-allemandes en direction du Grand-Duché de Luxembourg.

Carte des coups de foudre ayant sévit durant la journée du 31 mai 2018. Source : Lightningmaps.Carte des coups de foudre ayant sévit durant la journée du 31 mai 2018. Source : Lightningmaps.

Voici quelques liens pour avoir d’avantage d’informations sur ces événements :

1er juin

Nous retrouvons le MCS qui remonte vers le Grand-Duché de Luxembourg. En cours de soirée et de nuit une dépression de surface s’est créée sur l’Allemagne. Elle influence les vents en Belgique qui s’orientent dans les basses couches au secteur ouest à sud-ouest, apportant beaucoup d’humidité et d’instabilité. Dans les couches supérieures le flux est toujours d’est à sud-est. Les températures sont comprises entre 16 et 19°C en plaine et dans les vallées ardennaises. Les conditions sont réunies pour que le MCS subsiste jusqu’en Belgique.

Dès 1h00 du matin environ, les pluies stratiformes touchent déjà l’est des provinces de Liège et de Luxembourg. La partie active se trouve alors en Allemagne où elle déverse des pluies intenses qui causent des inondations importantes, tout comme dans l’est du Grand-Duché de Luxembourg (voir liens plus bas).

Route emportée par des flash flood dans la région de Berdorf, au Grand-Duché de Luxembourg, le 1er juin 2018. Crédit photo : François RiguelleRoute emportée par des « flash flood » dans la région de Berdorf, au Grand-Duché de Luxembourg, le 1er juin 2018.

Vers 3h00 alors que le MCS remontait jusque là vers le nord, il change de direction et se dirige lentement vers l’ouest, en direction du centre de la Belgique.

A partir de 5h30 la partie active entre en Belgique et se montre particulièrement pluvieuse. Elle traverse la province de Liège et le nord de la province de Luxembourg dans les heures suivantes. Ces régions ayant déjà connues de fortes précipitations les jours précédents, les cours d’eau gonflent rapidement. De plus des cellules vigoureuses sévissent localement, accompagnées par de très fortes précipitations. Les endroits situés sur leur passage subissent alors d’impressionnantes inondations suites à des crues éclairs. En quelques minutes à peine certaines rivières deviennent des torrents qui emportent tout sur leur passage. De nombreuses localités se retrouvent sous eau. Suite à cela, le plan provincial d’urgence est déclenché en province de Liège.

Coup de foudre vers la région de Clavier en province de Liège , le 1er juin 2018 à 5h30. Crédit photo : Sébastien DumoulinCoup de foudre vers la région de Clavier en province de Liège , le 1er juin 2018 à 5h30.
Véhicules emportés par une crue éclair à Fléron en province de Liège, le 1er juin 2018. Crédit photo : Christine Delierneux.Véhicules emportés par une crue éclair à Fléron en province de Liège, le 1er juin 2018. Crédit photo : Christine Delierneux.

Les régions les plus touchées sont celles de Vielsalm, Salmchâteau, Grand-Halleux, Juzaine (province de Luxembourg), Spa, Theux, Jalhay, Coo, Trois-Pont, Soumagne, Herve, Saive, Blegny, Fléron, Dalhem, Mouland, Saint-Vith (province de Liège) et Moelingen dans les Fourons (province de Limbourg). Les crues de certains cours d’eau sont exceptionnelles et en quelques minutes les rues avoisinantes se retrouvent submergées de 1 à 2 mètres d’eau ! Des sauvetages d’automobilistes sont effectués tout comme pour certains riverains. En outre, deux personnes sont emportées par les flots et ont pu être secourues. Par chance, aucune victime n’est à déplorer.

Torrent traversant une maison à Salmchâteau en province de Luxembourg, le 1er juin 2018. Crédit photo : Raymond Bodeux.Torrent traversant une maison à Salmchâteau en province de Luxembourg, le 1er juin 2018. Crédit photo : Raymond Bodeux.
Crue éclair d'un ruisseau à Bêche en province de Luxembourg, le 1er juin 2018. Crédit photo : Jean-Marc Guillaume.Crue éclair d’un ruisseau à Bêche en province de Luxembourg, le 1er juin 2018. Crédit photo : Jean-Marc Guillaume.

Après les petits cours d’eau, se sont les rivières principales qui entrent en crue, inondant également de nombreux endroits, mais moins sévèrement.


La Berwinne en crue à Moelingen dans la région des Fourons en province de Limbourg, le 1er juin 2018. Crédit photo : Karoline Coenen.
La Berwinne en crue à Moelingen dans la région des Fourons en province de Limbourg, le 1er juin 2018. Crédit photo : Karoline Coenen.
Carte reprenant les alertes de crue en Wallonie, le 1er juin 2018. Source : Info Crue Wallonie.Carte reprenant les alertes de crue en Wallonie, le 1er juin 2018. Source : Info Crue Wallonie.

La région liégeoise ainsi que le Condroz est touché aux alentours de 7h30 avant que le système ne commence à perdre en activité. De nombreuses inondations sont également constatées, mais moins graves que plus à l’est. Les endroits les plus touchés sont Huy, Wanze, Nandrin, Ampsin, Fairon et Anthisnes.

Par après le MCS se désagrège progressivement mais quelques noyaux orageux subsistent localement, notamment sur le sud de la province de Limbourg ainsi que l’est de la province du Brabant Flamand, le sud-est de la province d’Anvers et l’ouest de la province de Liège. D’importantes inondations sont aussi observées, notamment à Oreye, Crisnée, Hannut, Braives, Fumal, Villers-en Hesbaye (province de Liège), Diets-Heur, Tongres, Saint-Trond (province de Limbourg), Aarschot, Tielt-Winge, Zoutleeuw, Kortenaken, Landen, (province du Brabant Flamand), Hulshout et Ramsel (province d’Anvers).

En outre la foudre à frappé des bâtiments, provoquant parfois des incendies, comme à La Haye, Theux, Cockaifagnes (province de Liège), Maaseik, Kortessem, Gingelom (province de Limbourg) et Durnal (province de Namur).

A partir de 11h00 le système n’est plus qu’un amas pluvieux qui se désagrège sur le pays, avec des pluies faibles à modérées. Du coup, les températures ne s’élèvent pas au dessus de 19,8°C à Herhet (province de Namur). Robert Vilmos nous fourni l’explication sur le fait que le MCS a perdu son activité en matinée après avoir sévit toute la nuit:

« Un MCS est un amas d’orages multicellulaires qui, d’une part, s’auto-entretiennent les uns les autres et, d’autre part, sont alimentés sur leur bordure extérieure par le maximum de vent nocturne qui se forme par contraste thermique au sommet de l’inversion liée au refroidissement du sol. Ceci permet à ces orages de survivre toute la nuit. À cela s’ajoute encore le contexte particulièrement humide qui se crée dans et autour de ces structures, avec une grande quantité de chaleur latente qui « booste » ces orages encore un peu plus. Cependant, la disparition du maximum de vent nocturne en matinée fait souvent s’effondrer le MCS, qui a ce stade ne donnera plus que beaucoup de nuages et des pluies de moins en moins abondantes.

Enfin il faut ajouter que dans le contexte de marais barométrique des derniers jours, toute perturbation ou discontinuité générant ces orages se déplace très lentement, ce qui laisse le temps aux orages de donner des précipitations énormes. »

Pour ce qui est des précipitations tombées, elles sont exceptionnelles avec :

  • 95 mm à Saint-Vith (province de Liège)
  • 93 mm à Bütchenbach (province de Liège)
  • 89 mm à Battice (province de Liège)
  • 88 mm à Chaineux (province de Liège)
  • 74 mm à Meensel (particulier, province du Brabant Flamand)
  • 71 mm à Vielsalm (province de Luxembourg) et Aarchot (particulier, province du Brabant Flamand)
  • 66 mm à Gorsem (province de Limbourg)
  • 64 mm à Robertville (province de Liège)
  • 62 mm à Herve (province de Liège)
  • 61 mm  à Jalhay (province de Liège)
  • 59 mm à Waremme et à Vaux-sous-Chèvremont (province de Liège)
  • 58 mm  à Elsenborn (province de Liège)
  • 55 mm  à Slins (province de Liège)
  • 54 mm  à Ternell (province de Liège)
  • 50 mm à Ransberg (province du Brabant Flamand)
  • 48 mm à Amay (particulier) et Angleur (province de Liège)
  • 46 mm  à Lanaye (province de Limbourg)
  • 44 mm à Ouffet et au Mont-Rigi (province de Liège)
  • 43 mmà Louveigné (province de Liège)
  • 42 mm à Oupeye (province de Liège)

 

Carte des coups de foudre ayant sévit durant la journée du 1er juin 2018. Source de la carte : LightningmapsCarte des coups de foudre ayant sévit durant la journée du 1er juin 2018. Source de la carte : Lightningmaps

Voici quelques liens pour avoir d’avantage d’informations sur ces événements :

Grand-Duché de Luxembourg :

Allemagne :

Flandre :

Wallonie :