Aller au contenu

18/06/2024 – Supercellules et inondations

    Résumé

    Ce mardi 18 juin 2024 a été marqué par le passage de plusieurs orages parfois intenses en Belgique. Certains d’entre eux ont développé des caractéristiques supercellulaires, notamment un, particulièrement durable, qui a traversé l’Ardenne de part en part en fin de journée. Il s’est accompagné ponctuellement de grêle ainsi que d’une forte activité électrique.

    D’autres orages faiblement électriques mais très pluvieux ont provoqué des inondations et des coulées de boue par endroits dans le Hainaut, notamment entre Péruwelz et Ath, puis plus tard au nord de Charleroi, dans le Brabant Wallon et entre les provinces de Liège et de Limbourg. Sur ces localités, les précipitations ont avoisiné les 50 mm, parfois davantage. Enfin, pour clore la journée, des orages cette fois bien électriques ont concerné la Lorraine belge en fin de soirée.

    Analyse météorologique

    Ce 18 juin, la Belgique se retrouve prise sous un conflit de masses d’air. Sur la France, le flux d’origine tropicale piloté par une dépression près du Portugal remonte vers nos régions, où il se heurte à de l’air maritime plus frais. Le contact entre les deux prend la forme d’un front ondulant disposé en travers du pays, et qui ne va que très lentement bouger vers le sud-est en cours d’après-midi et en soirée.

    De plus, l’air instable du côté sud du front se retrouve surplombé par un noyau de divergence en altitude, initié par une cassure du courant Jet s’étirant sur la France et l’ouest de l’Allemagne. Ce noyau est devenu particulièrement notable en fin d’après-midi et en soirée entre l’est de la France et l’extrême sud de la Belgique. Ces forçages d’altitude permettaient donc de soutenir les déclenchements convectifs.

    Enfin, un élément et non des moindres est la présence de cisaillements de vent significatifs, de nature à bien organiser les orages, voire à les mettre en rotation. Ainsi, le développement de supercellules était bien envisagé par les prévisions matinales.

    Analyse de surface du 18 juin 2024 à 14h00 heure belge. Source: KNMI.Analyse de surface du 18 juin 2024 à 14h00 (heure belge). Source : KNMI

    Déroulement de l’épisode

    Ainsi, dès la fin de matinée, un premier système multicellulaire remonte de France pour toucher la Gaume, dans le sud de la province de Luxembourg, à partir de 11h00. Ce dernier présente par moments des tentatives d’organisation en écho en arc, avec une bonne activité électrique l’accompagnant. Ensuite, ces orages s’évacuent rapidement vers le Grand-Duché de Luxembourg en faiblissant.

    À ce moment, une ligne convective se met en place sur l’ouest du pays, en province de Hainaut. En effet, nous retrouvons sur un axe Ath-Péruwelz de fortes intensités pluviométriques. D’ailleurs, l’ensemble se transforme dans l’heure suivante en paquet pluvio-orageux peu mobile, qui se déplace vers le nord-est pour se dissiper en Flandre en milieu d’après-midi. Il est notamment responsable d’inondations dans la région de Péruwelz, de Leuze-en-Hainaut, de Beloeil et d’Ath, ainsi que dans le sud de la province d’Anvers (Lierre, Lint) et en Flandre Orientale (Brakel et Zottegem par exemple). Plusieurs cours d’eau sont aussi en alerte de crue, comme la Mark.

    Par après, un nouvel axe convectif se forme en fin d’après-midi depuis le nord de la province de Liège jusqu’au centre du Hainaut, en passant par Waremme, Gembloux et Binche. Le tout se mue également assez rapidement en paquet pluvieux, mais avec une mince bande fortement pluvieuse qui concerne l’axe précédemment cité, jusque 18h00 environ. Dès lors, de nouvelles inondations sont observées, notamment à Bassenge, Hannut (province de Liège), Orp-Jauche, Jodoigne, Ramillies, Perwez, Walhain, Villers-la-Ville, Mont-Saint-Guibert (province du Brabant Wallon), Eghezée, Gembloux, Ernage (province de Namur), Sombreffe, Ligny, Courcelles, Morlanwelz, Anderlues et Pont-à-Celles (province de Hainaut).

    Le nord et l’ouest de l’agglomération de Charleroi sont particulièrement touchés, avec de nombreuses coulées de boue et des inondations par ruissellement. De même, la commune de Walhain, fortement impactée il y a un mois à peine, connait de nouvelles inondations, avec aussi la crue de cours d’eau tels que le Nil. Dans le reste de la province du Brabant Wallon, la Thyle, l’Orne et la Dyle sont également en alerte de crue, avec des débordements locaux. De même, quelques inondations concernent aussi le sud de la province de Limbourg. En outre, dans cette dernière province, la foudre incendie une habitation à Diepenbeek.

    Pendant ces évènements, une autre dégradation prend naissance dans le nord de la France, de nature différente. Effectivement, à l’arrière de la masse pluvieuse, des supercellules isolées se forment. Peu après 17h00, une tornade est même observée dans l’Oise, près de Noyon. L’orage producteur de ce tourbillon remonte ensuite vers le nord-est, pour passer au nord-ouest de Charleville-Mézières dans le département des Ardennes, vers 19h45, où une de nos équipes est positionnée. Un mésocyclone bien développé est ainsi visible, avec des cycles successifs de renforcement/affaiblissement, et des aspirations parfois bien basses.

    Supercellule observée depuis Damouzy, en France, le 18 juin 2024 à 19h40.Supercellule observée depuis Damouzy, dans le Département des Ardennes, en France, le 18 juin 2024 à 19h40.

    Peu après, la supercellule entre en Belgique en maintenant son activité, et une heure plus tard une autre de nos équipes l’intercepte à Bras, près de Libramont, en province de Luxembourg, où l’aspect supercellulaire est toujours bien affirmé. On notera que localement, des chutes de grêlons de plusieurs centimètres de diamètre sont observées, notamment à Arloncourt, Saint-Ode et Foy où ils ont atteint les 4 à 5 centimètres de diamètre. Pour finir, l’orage quitte notre pays pour le Grand-Duché de Luxembourg et l’Allemagne autour de 21h30, après avoir traversé la région de Bastogne. En tout, ce seul orage supercellulaire aura parcouru plus de 400 km, soit une distance déjà remarquable même pour une organisation orageuse de ce type.

    Orage supercellulaire transitant par la région de Bras, en province de Luxembourg, le 18 juin 2024 à 20h43.Orage supercellulaire transitant par la région de Bras, en province de Luxembourg, le 18 juin 2024 à 20h43.

    À ce moment, une autre supercellule bien active et encore plus affirmée est suivie par l’une de nos équipes au nord de Reims, en France. Un mésocyclone particulièrement développé est observé, bien qu’il se restructure régulièrement par des pulsions du RFD. Plusieurs tubas sont également reportés, l’un d’eux étant même très proche d’établir un contact avec le sol à la tombée du jour, vers 22h00.

    Supercellule observée depuis Aussonce, en France, le 18 juin 2024 à 21h16.Supercellule observée depuis Aussonce, dans le département des Ardennes, en France, le 18 juin 2024 à 21h16. On note le développement d’un nouveau nuage mur sur la droite de la photo, celui-ci prenant le relais de l’ancienne rotation qui se déstructurait.
    Nuage mur transitant vers La Neuville-en-Tourne-à-Fuy, en France, le 18 juin 2024 vers 21h25.Nuage mur transitant vers La Neuville-en-Tourne-à-Fuy, dans le département des Ardennes, en France, le 18 juin 2024 vers 21h25.
    Pulsion du RFD vers Leffincourt, en France, le 18 juin 2024 à 21h50.Pulsion du RFD vers Leffincourt, dans le département des Ardennes, en France, le 18 juin 2024 à 21h50, à la tombée du jour.

    À partir de ce moment, d’autres développements convectifs parasitent la supercellule, et l’ensemble forme alors un amas multicellulaire qui atteint le sud de la Belgique une demi-heure plus tard. Toutefois, une bonne activité électrique est encore observée sous les noyaux les plus actifs. Enfin, vers minuit, le système sort de notre pays en direction, une nouvelle fois, du Grand-Duché du Luxembourg et de l’Allemagne.

    Cela marque la fin de cet épisode orageux, qui aura été moins marqué que prévu dans les prévisions, mais qui a laissé localement des dégâts importants à cause des fortes pluies, surtout dans une bande allant du centre du Hainaut au nord de Liège, en passant par la région frontalière entre les provinces de Namur et du Brabant Wallon. Ainsi, on a mesuré :

    • 73,1 mm à Thiméon en province de Hainaut (WM (WunderMap))
    • 63 mm à Péruwelz en province de Hainaut (Particulier)
    • 61,4 mm à Courcelles en province de Hainaut (MB (MeteoBelgique))
    • 60,2 mm à Ramillies en province du Brabant Wallon (MB)
    • 57,4 mm à Villers-la-Ville en province du Brabant Wallon (MB)
    • 55,1 mm à Walhain en province du Brabant Wallon (WM)
    • 54,4 mm à Wiers en province de Hainaut (WM)
    • 54 mm à Turnhout en province d’Anvers (WI (Waterinfo))
    • 53,4 mm à Mourbaix en province de Hainaut (WM)
    • 52,8 mm à Morlanwelz en province de Hainaut (WM)
    • 51,7 mm à Ernage en province de Namur (IRM)
    • 50,3 mm à Perwez en province du Brabant Wallon (SPW)
    • 50 mm à Fontaine-l’Evêque en province de Hainaut (MB)
    • 49,8 mm à Waudrez en province de Hainaut (WM)
    • 49,5 mm à Hannut en province de Liège (WM)
    • 49 mm à Orbais en province du Brabant Wallon (WM)
    • 45,8 mm à Gembloux en province de Namur (MB)
    • 45,7 mm à Rouveroy en province de Hainaut (SPW)
    • 44,2 mm à Netebekken en province d’Anvers (WI)
    • 40 mm à Ligny en province de Hainaut (SPW)
    • 38,5 mm à Denderbelle en province de Flandre Orientale (WI)
    • 37,6 mm à Bassenge en province de Liège (MB)
    • 37 mm à Gingelom en province de Limbourg (WI)
    • 36,2 mm à Jodoigne-Souveraine en province du Brabant Wallon (Particulier)
    • 33,8 mm à Hélécine en province du Brabant Wallon (SPW)
    • 33,4 mm à Sint-Katelijn-Waver en province d’Anvers (IRM)