9-10-11/08/2020 – Orages et sécheresse

Les fortes chaleurs sont de retour en Belgique depuis quelques jours suite à un blocage anticyclonique. Le samedi 8 août, les températures s’envolent encore au-delà de 35°C en de nombreux endroits, avec localement des pointes à 37-38°C. Les conditions anticycloniques ainsi que la sécheresse des basses couches empêchent cependant toute convection, sauf sur le relief où des cumulus se forment durant l’après-midi, évoluant même jusqu’à l’orage côté allemand.

9 août 2020

Le lendemain, dimanche 9 août, est marqué par l’apparition d’un nouveau noyau anticyclonique sur la Mer du Nord tandis que celui placé sur les Pays Baltes faiblit. Ainsi, la Belgique se retrouve dans des conditions légèrement dépressionnaires, proches d’un marais barométrique. Mais la masse d’air reste très chaude, avec notamment :

  • 37,1°C à Virton (province de Luxembourg)
  • 35,8°C à Kruishoutem (province de Flandre Occidentale)
  • 35,4°C à Dourbes (province de Namur) et Passendaele (province de Flandre Occidentale)
  • 35,3°C à Chièvres (province de Hainaut)
  • 32,8°C à Uccle (Bruxelles)
Analyse de surface du 9 août 2020 à 14h00. Source : KNMIAnalyse de surface du 9 août 2020 à 14h00. Source : KNMI

La nuit est chaude également, avec un minimum de 22,8°C à Uccle par exemple. Ainsi, dès la matinée, à la faveur d’une ligne de convergence s’étirant approximativement d’Amiens à Aix-la-Chapelle, des orages se forment sur notre pays. Ces derniers se développent à l’étage moyen car les basses couches restent trop sèches. Ainsi, des bancs d’altocumulus castellanus finissent par produire des cumulonimbus à bases élevées, dont la plupart des précipitations s’évaporent avant de toucher le sol.

Dès 8h00 du matin, des cellules se développent sur le relief et concernent l’Allemagne. À 9h30, un orage naît au sud de Bilzen (province de Limbourg) tandis qu’un autre se forme au sud-ouest de Bruxelles, dans la région de Halle, avant d’impacter le sud de la capitale. Ainsi, il tombe 11,6 mm de pluie à Uccle alors que la température baisse autour de 22°C, rendant l’air plus respirable.

Ensuite, d’autres cellules apparaissent sur un axe compris entre Enghien (province de Hainaut) et Genk (province de Limbourg) en passant par le sud de Bruxelles et Louvain (province de Brabant Flamand). Par après, vers 10h45, des orages naissent aussi en province de Namur sur une ligne située entre Eghezée et Beauraing, avant de se déplacer vers le nord de la province de Luxembourg et la province de Liège. Néanmoins, tous les orages restent faibles en activité, évoluent de façon anarchique et apportent peu de précipitations. Toutefois, localement de fortes rafales de vent se produisent à cause de l’évaporation de la pluie. Ainsi, vers 12h30, des arbres brisés et déracinés sont observés par dizaines à Hotton (province de Luxembourg). À partir de 15h00, l’activité orageuse s’estompe, sauf sur la région de Bastogne qui connait encore un orage isolé.

Coup de foudre sous un orage à base élevée depuis Clavier, en province de Liège, le 9 août 2020 à 12h30. Crédit photo : Sébastien DumoulinCoup de foudre sous un orage à base élevée depuis Clavier en province de Liège, le 9 août 2020 à 12h30.

Malgré tout, la fraicheur que les orages apportent est la bienvenue en cette période de canicule. Mais, peu de localités sont frappées par les averses salvatrices. La majorité des régions doit subir le soleil cuisant tandis que la sécheresse sévit fortement.

10 août 2020

Au niveau de la situation atmosphérique, rien ne change ou presque. Les conditions tendent seulement un peu plus vers un marais barométrique que la veille. Les orages démarrent déjà la nuit, avec vers minuit une activité qui se situe le long de la frontière française ainsi que sur le sud de l’Ardenne.

Coup de foudre observé depuis Péruwelz, en province de Hainaut, vers minuit la nuit du 9 au 10 août 2020. Crédit photo : Jean-Yves FriqueCoup de foudre observé depuis Péruwelz en province de Hainaut, durant  la nuit du 9 au 10 août 2020 vers minuit.

Mais cette fois encore, les cellules restent faibles et à partir de 2h00 du matin, elles se dissipent. La plus haute valeur en termes de précipitations est mesurée à Etalle (province de Luxembourg) avec 14,8 mm. En outre, ces orages présentent aussi des bases élevées, ce qui rend l’observation de la foudre plus aisée. Ils apportent également un peu de fraicheur sur une partie du pays, si bien que les températures minimales sont un peu plus basses que les jours précédents. Sauf sur l’ouest, où on enregistre par exemple 22,4°C à Zeebrugge et 22,3°C à Izegem (province de Flandre Occidentale).

Par après,  le temps redevient très chaud en journée avec notamment :

  • 35,9°C à Lobbes (province de Hainaut)
  • 35,7°C à Dolembreux (province de Liège) et Mélin (province de Brabant Wallon)
  • 35,6°C à Herhet (province de Namur)
  • 35,5°C à Woluwe-Saint-Pierre (Bruxelles)
  • 34,8°C à Izegem (province de Flandre Occidentale) et Zaventem (province de Brabant Flamand)
  • 34,7°C à Anvers

En début d’après midi, la convection s’enclenche sur l’est de la province de Liège. Quelques cellules stationnaires sévissent dès 13h30 sur les Hautes-Fagnes et sur la région de Stavelot-Malmédy, avant de disparaître à partir de 16h00. C’est à ce moment là que de nouvelles cellules se forment sur les provinces de Namur et de Luxembourg. Cependant, les orages restent faibles, évoluent de façon anarchique et sont de courte durée de vie. Néanmoins, aux alentours de 18h00, une cellule plus vigoureuse sévit dans la région de Couvin (province de Namur) et avance pour atteindre vers 20h00 l’ouest de Charleroi (province de Hainaut).

Ce dernier orage est rejoint ensuite par d’autres développements adjacents, notamment vers La Louvière puis vers Mons et Boussu. À partir de 21h00, ces cellules faiblissent au profit d’une nouvelle située près de Bernissart et Péruwelz, où elle finira par se dissiper vers 22h00. Localement, de fortes rafales de vent causent des dégâts à la végétation, comme à Bernissart, Blaton, Harchies et Callenelle. Des rafales convectives en sont la cause, de même que probablement des rafales descendantes de faible intensité.

Pour terminer, la convection reprend en fin de soirée. Ainsi, vers 22h00 des orages se développent près de la frontière française ainsi que sur le sud de l’Ardenne, dans un triangle Chimay-Bouillon-Rochefort, sur les provinces de Namur et de Luxembourg. Ensuite, à partir de minuit, la province de Hainaut est également concernée par la naissance de nouvelles cellules, tout d’abord dans la région d’Erquelinnes, puis vers Frameries autour de 1h00 du matin. Les précipitations étant faibles, les coups de foudre sont bien visibles pour les observateurs.

Par après, les orages se dissipent sauf à l’est, où Ciney (province de Namur) et Durbuy (province de Luxembourg) sont encore concernés par des cellules aux alentours de 2h00, avant que l’activité orageuse ne s’estompe progressivement partout sur le pays.

Orage en fin de vie observé depuis Wartet, en province de Namur, le 11 août à 3h00. Crédit photo : Hubert MaldagueOrage en fin de vie observé depuis Wartet en province de Namur, le 11 août 2020 à 3h00.

En outre, les orages de cette journée sont nés à partir de cumulus et non à partir d’altocumulus comme c’était le cas précédemment. La convection est donc plus classique, même si la sécheresse des basses couches reste sensible, comme en témoigne le peu de précipitations qui atteint le sol. Seul Dourbes (province de Namur) récolte 17,8 mm, grâce à deux orages.

11 août 2020

La Belgique est en plein marais barométrique à présent, dans de l’air toujours aussi chaud.  Par contre, l’air en basse couche est plus humide grâce aux orages mais aussi grâce au faible flux de nord qui apporte de l’air maritime depuis les Pays-Bas. Après une chaude nuit au cours de laquelle les températures ne descendent pas en dessous de 23,3°C à Bierset (province de Liège) et 23,2°C à Zeebrugge (province de Flandre Occidentale), les températures maximales atteignent encore en journée :

  • 35,8°C à Kleine-Brogel (province de Limbourg)
  • 35,6°C à Virton (province de Luxembourg)
  • 35,1°C à Lobbes (province de Hainaut)
  • 34,8°C à Herhet (province de Namur)
  • 34,7°C à Retie (province d’Anvers)
  • 34,6°C à Diepenbeek (province de Limbourg)

En cours d’après-midi, la convection s’enclenche sur une bonne partie est de la Belgique, tandis que l’ouest est épargné. Ainsi, vers 15h00 les premières cellules naissent dans la région de Marche-en-Famenne (province de Luxembourg), de Ferrières (province de Liège) et de La Calamine à 15h30 (province de Liège).

Ensuite, les orages se multiplient de façon anarchique dans une zone comprise entre Liège et Rochefort (province de Namur) jusque 16h00. Par après, ils se dissipent tandis que de nouvelles cellules naissent sur la Hesbaye et la province de Limbourg, avant de concerner également la province d’Anvers. Ces orages restent faibles à modérés, mais localement ils apportent de fortes précipitations, dues à leur caractère peu mobile. En outre, de fortes rafales de vent sont parfois observées, notamment lors de rafales descendantes, qui restent toutefois de faible intensité. On mesure par exemple 14,1 mm de pluie à Diest-Schaffen (province de Brabant Flamand) au passage de ces cellules. De même, on signale des inondations à Genk (province de Limbourg) tandis qu’à Lanklaar, Arcen, Haelen, Ospel, Swalmen, Well et Wellerlooi (province de Limbourg), des dégâts à la végétation sont observés suite à de fortes bourrasques de vent, ainsi que quelques inondations de voiries.

Microrafale (de faible intensité) sous un orage à Vorsen, en province de Limbourg, le 11 août 2020 vers 18h45. Crédit photo : François RiguelleMicrorafale (de faible intensité) sous un orage à Vorsen en province de Limbourg, le 11 août 2020 vers 19h00.

Vers 19h00, nous retrouvons l’activité orageuse sur un axe allant approximativement de Brecht (province d’Anvers) à Waremme (province de Liège). Mais, très vite, cette ligne se brise en deux parties, l’une se situant au nord-est d’Anvers, et l’autre se trouvant sur l’est du Brabant Flamand. Les cellules se déplacent lentement vers le sud. En réalité, la situation est assez anarchique et le mouvement est plutôt créé par le développement de nouveaux noyaux liés aux forçages du flux sortant. En outre, la foudre incendie une maison à Landen et à Leefdaal (province de Brabant Flamand). De plus, la commune de Lubbeek (province de Brabant Flamand) subi une panne de courant suite à la chute d’un arbre. D’ailleurs, des dégâts dus à de fortes rafales de vent localisées sont signalés en plusieurs endroits.

À partir de 20h00, la région anversoise est concernée tandis que l’amas multicellulaire du Brabant Flamand touche le Brabant Wallon. À Jodoigne, une rafale de vent de 82 km/h est mesurée au passage de l’orage. De plus, leur caractère est localisé comme en témoigne les valeurs de précipitations. Ainsi, on mesure 18 mm de pluie à Jodoigne tandis que la station de Jodoigne SI, situé au sud de la ville à une courte distance, n’en récolte que 0,4 mm ! Plus à l’ouest, sur la trajectoire de la cellule, Mélin recueille 23 mm. Par après, l’orage se déplace en direction de Wavre, qu’il atteint à 20h45, avant de s’affaiblir.

Coup de foudre sous l'orage multicellulaire du Brabant Wallon, depuis Mont-Saint-Guibert le 11 août à 21h00. Crédit photo : Mathieu LevêqueCoup de foudre sous l’orage multicellulaire du Brabant Wallon observé depuis Mont-Saint-Guibert, le 11 août 2020 à 21h00.

Dans la région d’Anvers, l’activité orageuse perdure jusque 23h30. À ce moment là, quelques cellules anecdotiques se développent encore sur la province de Limbourg. Malgré tout, beaucoup de localités restent épargnées par toute l’activité orageuse du jour et ne reçoivent pas ou peu de précipitations.

Ainsi, de grandes disparités existent sur le pays, en fonction des précipitations reçues durant les derniers mois, mais aussi en fonction de la géologie et de la géographie des lieux.

Carte représentant l'indice de sécheresse en Belgique, le 11 août 2020. Les zones en "extrêmement sec" représentent une période de retour de plus de 50 ans. Pourtant, c'était déjà le cas l'année dernière mais aussi en 2018. Source : IRMCarte représentant l’indice de sécheresse en Belgique, le 11 août 2020. Les zones en “extrêmement sec”
représentent une période de retour de plus de 50 ans. Pourtant, c’était déjà le cas l’année dernière et
aussi en 2018. Source : IRM

En effet, la Hesbaye, par exemple, a connu moins de précipitations que la Flandre, et son sous-sol limoneux n’a pas permis à l’eau de s’infiltrer pour recharger rapidement les nappes phréatiques, qui restent à un niveau très inquiétant. Plus à l’ouest, la région du sable bruxellien est comparable en termes de précipitations mais le sol sablonneux permet une infiltration plus rapide de l’eau vers les nappes phréatiques. Cependant, le sol en surface se dessèche plus rapidement qu’ailleurs. Il en est de même pour les sols schisteux de l’Ardenne qui perdent rapidement leur eau en période sèche.

Végétation en souffrance en Hesbaye. Photo prise entre Lincent et Hannut, en province de Liège le 11 août 2020. Crédit photo : François RiguelleVégétation en souffrance en Hesbaye. Photo prise entre Lincent et Hannut, en province de Liège, le 11 août 2020.
Bois complètement desséché sur un sommet dans la région d'Hamoir, en province de Liège, le 8 août 2020. Crédit photo : François RiguelleBois complètement desséché sur un sommet dans la région d’Hamoir, en province de Liège, le 8 août 2020.
Le paysage est plus coutumier des régions méditerranéene que des nôtres. Photo prise près de Wavre, en province du Brabant Wallon le 12 août 2020. Crédit photo : François RiguelleLe paysage est plus coutumier des régions méditerranéennes que des nôtres. Photo prise près de Wavre, en province de Brabant Wallon, le 12 août 2020.
Les bois sur sol sablonneux souffrent dans la région de Wavre, en province du Brabant Wallon (le 12 août 2020). Crédit photo : François RiguelleLes bois sur sol sablonneux souffrent dans la région de Wavre, en province de Brabant Wallon, le 12 août 2020.

La géographie est également importante. Ainsi, un versant exposé au sud ou le sommet d’une colline est plus exposé à la sécheresse qu’un versant exposé au nord ou un fond de vallée. Tous ces paramètres s’expriment lorsque l’on observe la végétation et le ressenti peut être fort différent sur une distance assez courte. En outre, la situation reste globalement préoccupante partout, avec des cultures en difficulté, des prairies et pelouses desséchées et des cours d’eau à un niveau très bas, voire complètement à sec pour certains.