Rétrospective du voyage à la Tornado Alley 2019

Nous avons partagé récemment les impressions et les meilleurs moments vécus par une de nos équipes qui était aux Etats-Unis.

Via le récit ci-dessous, nous vous proposons de revenir sur ce que la deuxième équipe de Belgorage a retenu de ce voyage, à savoir celle composée de Jérémy Lokuli et d’Anthony G.

Pour commencer, après des mois de préparatifs et d’études, il était temps pour nous d’arriver sur le sol américain et d’enfin découvrir de nos propres yeux les fameux orages supercellulaires tant convoités des chasseurs.

Cette expérience fut très enrichissante de par le fait de pouvoir exploiter nos connaissances théoriques et ainsi pouvoir les comparer à la réalité du terrain.

Coup de foudre sous une cellule orageuse en soirée du 1er juin 2019, dans la région de Fort Stockton au Texas.

Par ailleurs, nous avons appris beaucoup de choses. La réalité du terrain ne reflète pas toujours la théorie, tant la complexité des orages est impressionnante

Nous avons vécu des sensations que nous ne pouvons vivre que dans la Tornado Alley. A savoir : des structures d’exceptions que nous ne voyons qu’aux USA, des ambiances que nous ne vivons qu’aux USA, des montées d’adrénaline que nous ne vivons qu’aux USA. Le tout parsemé aussi par des moments difficiles, des moments de doutes mais surtout par des moments de joie.

Lorsque nous chassions un orage, il était toujours question de sécurité, chaque orage a sa part de dangerosité. Cette question, nous nous ne la sommes jamais posée dans nos contrées, pour dire la puissance des orages Américains.

Il faut savoir que les situations orageuses aux Etats-Unis sont très différentes de celles de nos contrées. Les paramètres dont nous tenons compte en Belgique doivent y être considérés autrement, ce qui fut un très bon exercice.

Etant la première fois que nous faisons le voyage, l’objectif n’était pas uniquement de rechercher les tornades mais aussi les structures, la foudre et les ambiances que pouvaient nous offrir les grandes plaines.

Triple coup de foudre sous une supercellule en fin de vie dans la région de Fort Stockton, au Texas, en soirée du 1er juin 2019.

Malgré tout, nous nous serons acharnés jusqu’au bout. La situation atmosphérique étant très dynamique, nous voulions voir jusqu’où nos capacités physiques et mentales nous emmèneraient. Au final, nous sommes même étonnés car nous n’avons pour ainsi dire fait aucune erreur, si ce n’est de prendre parfois trop à la légère la violence des tornades en voulant toujours être aux premières loges.

Lors du séjour, nous retenons cinq journées de traques vraiment remarquables. Nous allons en faire un bref résumé de manière décroissante.

En premier vient la date du 22 Mai 2019. Une journée où nous aurons traqué 4 supercellules, dont 2 très virulentes. Ce jour-là, nous avons réellement compris le danger constant qu’il règne sous ce type d’orage.

De plus, nous avons pu observer 2 tornades dont une qui prendra naissance à 300 mètres de notre position en nous fonçant droit dessus, dans la région de Salina en Oklahoma.  Le seul regret de cette journée fut que le plus beau mésocyclone du séjour n’a pas pu être photographié.

Arrivée du mésocyclone, qui produira quelques instants après la tornade, dans la région de Salina, en Oklahoma, le 22 mai 2019.

En deuxième vient la date du 1er Juin 2019. Une journée au Texas dans la région de Fort Stockton où nous avons eu la chance d’observer une supercellule sur toute sa durée de vie, de sa naissance à sa dissipation.

Par ailleurs, nous avons pu profiter de structures bien visibles grâce à l’air sec de la région, ce qui ne fut que rarement le cas durant notre séjour.

Supercellule dans la région de Fort Stockton, au Texas, le 1er juin 2019.

En troisième, la date du 20 Mai 2019 nous revient à l’esprit. Nous avons vécu notre première journée avec un « High Risk ». Elle commença très tôt, après un réveil à 3 heures du matin pour intercepter un vaste MCS à Gage dans l’Etat d’Oklahoma, le tout par une température glaciale.

Là, nous subirons de plein fouet un violent « downburst » sous une supercellule imbriquée dans le système orageux, avec des coupures de courant et une grosse dose d’adrénaline pour nous. Ensuite, nous sommes partis au Texas pour intercepter le plus gros risque orageux du voyage.

Il en résultat une ambiance stressante. En effet, ce n’est pas tous les jours que l’on vit une journée à haut risque tornadique.

Malheureusement, nous ne verrons aucune tornade. La rapidité des cellules nous obligea plusieurs fois à abandonner leur poursuite, mais au final les ambiances furent quand même au rendez vous.

Supercellule le 23 mai 2019 dans le nord du Texas.

En quatrième position, nous mettons la date du 30 Mai 2019. Nous avons traqué une magnifique supercellule « HP » dans un canyon au sud-ouest du Texas.  Celle-ci aura par ailleurs inondé notre route ce qui mit un terme à notre traque.  Seule déception de ce jour, cette superbe supercellule n’a pas pu être suivie très longtemps.


Supercellule HP dans la région de Dryden, au sud du Texas, le 30 mai 2019.

Pour terminer, nous retenons en cinquième position la date du 18 Mai 2019. Nous avons traqué une magnifique supercellule évoluant au stade multicellulaire dans l’Etat du Kansas, près de Meade, durant près de 4 heures.

Le plus impressionnant fut sans nul doute les structures dessinées par cet orage ainsi que les phénomènes venteux puissants, liés au front de rafales.

Arcus devançant une supercellule évoluant en système multicellulaire dans la région de Meade, au Kansas, le 18 mai 2019.

Pour conclure, je tiens à remercier mon collègue Anthony pour son courage et son aide au quotidien, notre équipe fut à la hauteur de mes espérances et je ne pouvais espérer mieux.

Je tiens aussi à remercier tout le collectif Belgorage qui nous aura été de bonne facture pour la logistique ainsi que les différents préparatifs du voyage.